Mayenne

Olivier Richefou, président du Conseil départemental de la Mayenne, présentait ses vœux aux collaborateurs jeudi, à Château-Gontier

12 janvier 2019 à 12h00 Par Alexis Vellayoudom
Olivier Richefou, président du Conseil départemental de la Mayenne, et Jean-Francis Treffel, nouveau Préfet, lors de leurs voeux conjoints
Crédit photo : Conseil départemental de la Mayenne

Lutte contre la désertification médicale et démographique, attractivité de la Mayenne, le président du conseil départemental est revenu sur les projets du département de la Mayenne

Hier, à Château-Gontier, Olivier Richefou, président du Conseil départemental, adressait ses vœux pour l’année 2019 à ses collaborateurs. C’était également l’occasion de revenir sur les projets du département.

Parmi les projets soulignés, figure notamment la lutte contre la désertification médicale par le biais du plan Ambition Santé 53. Olivier Richefou a rappelé la mise en place du « Pluripass » et l’ouverture d’une première année de fac médecine à Laval. Le département finance également les études de huit étudiants, à la faculté de médecine d’Angers, qui deviendront « ambassadeur de la Mayenne auprès de leurs futures collègues ».

Autre projet important, le transfert de compétences dans la gestion de la Route Nationale 162. Un accord écrit devrait suivre l’accord oral formulé par la Ministre des Transports Elisabeth Borne. Ce transfert de compétences sur l’axe qui relie Mayenne/Château-Gontier-sur-Mayenne, au conseil départemental de la Mayenne est « facteur important de développement d’activités économiques, mais aussi d’attractivité de façon générale ». L’aménagement de la RN 162 en 2x2 voies devraient débuter dès 2020, selon le président du Conseil départemental.

Puis, il a été rappelé pendant les vœux, les contournements de Château-Gontier et Cossé-le-Vivien, un axe économique important vers le port de Saint-Nazaire. Olivier Richefou, précise « l’activité économique et les mouvements de populations sont en lien avec les voies de circulation ».

Enfin, sur la restructuration du collège de Renazé, le président du Conseil départemental estime « ça n’avance pas assez vite ». Il lui semble important de « redonner un coup de neuf » à ce collège qui se situe dans une zone, où la population ne progresse pas.