Mayenne

A Ballots, Henri Durand est dans tous les esprits

Dernières consignes avant que chaque équipe parte quadriller son secteur | CJ

Henri Durand, cycliste de 80 ans bien connu à Ballots, n’est pas rentré de son habituel tour de 50 km samedi après-midi. Les recherches restent vaines malgré la mobilisation exceptionnelle des habitants de la commune, et au-delà.

La mairie de Ballots s’est transformée en PC recherches de la gendarmerie | CJ

Depuis samedi, la mairie de Ballots s’est transformée en QG pour retrouver Henri, disparu l’après-midi même. L’agriculteur retraité de 80 ans, investi dans la vie locale, est le papa de Jacky Durand. À Ballots beaucoup le connaissent, de près ou de loin.

Depuis dimanche matin les recherches s’organisent autour de nombreux bénévoles, mobilisés par la mairie via les réseaux sociaux et les associations, sollicitées elles aussi. Les élus se relaient autour du maire François Quargnul, les commerçants s’arrangent pour restaurer les bénévoles, qui partent chaque matin et après-midi en équipes, gilet jaune sur le dos pour passer le secteur au peigne fin, de Renazé au Pertre en passant par Cossé le Vivien, la Guerche de Bretagne, les frontières départementales et même la périphérie de Laval.

Ils étaient une centaine hier matin pour se concentrer sur Saint Poix et Livré La Touche avec l’appui de réservistes et des gendarmes, sous la houlette du commandant en second de la compagnie de Château-Gontier Bruno Bac.

Mais ce matin, toujours “aucune trace, aucun indice, rien” se désole un bénévole. À 13 h 45, une cinquantaine de personnes au moins repart inlassablement pour une nouvelle battue. L’inquiétude se lit sur les visages, l’émotion est palpable constate l’élue Nathalie Ory.

Attente insupportable pour les proches, Colette, l’épouse d’Henri très affectée, son fils Patrick qui passe deux fois par jour et Jacky, Mauricien d’adoption sur le point d’arriver ce mardi. “Ça reste très dur” avoue un neveu venu participer aux recherches avec un autre membre de la famille, “il faut le trouver, c’est tout”.

Mais le gros des recherches de gendarmerie se termine désormais et les heures passant, l’espoir s’amenuise. Le premier adjoint au maire Raymond Houdin et les Balloçais se raccrochent à un dernier espoir : “qu’il ait pu se mettre à l’abri et qu’on puisse le retrouver encore”.