Mayenne

Craon. Les écoles maternelles regroupées dès la rentrée

Les écoles maternelles publiques seront en principe regroupées sur le site d'Erik Satie en septembre | CJ

Le congrès départemental des maires de France en octobre, le renouvellement des 3 fleurs en décembre et le lancement du Square des Âges… 2017 a été marquante pour Craon et son maire Claude Gilet qui a présenté ses vœux à la population vendredi dernier.

Parmi les 400 présents, 18 personnes ont été récompensées des trophées de la ville dont Bernard Polièvre, ancien boulanger de 69 ans passionné de photo et de vidéo, choisi par les Craonnais pour son implication auprès des associations locales.

Cette année, la ville poursuit son vaste chantier de réurbanisation qui devrait attirer de nouveaux habitants. Certains ont déjà posé une option sur les pavillons qui sortiront de terre route de Château-Gontier au Square des Âges révèle Claude Gilet.

Les premières livraisons sont prévues pour 2019 mais la voirie va démarrer dès cette année.

Un pôle scolaire en cours d’élaboration

Qui dit nouveaux habitants dit familles, et enfants. La création d’un pôle scolaire regroupant les écoles publiques Boris Vian, Henri Matisse et Erik Satie à proximité de la cantine est en bonne voie explique le maire de Craon.

Les conseils d’école se prononceront sous un mois sur le projet du cabinet Tim concept, un dortoir modulaire de 100 000 € pour les maternelles a déjà été inscrit au budget.

Piscine et festival

D’ici la fin de l’année en principe Craon sera aussi équipée d’un centre aquatique intercommunal, prochainement, d’une borne de recharge rapide pour les véhicules électriques. Opération réussie côté tourisme également l’an dernier : avec l’accueil tout nouveau des camping-caristes, la fréquentation a bondi de 40 % depuis le printemps. Les festivaliers sont attendus nombreux à Craon pour le festival de curiosités et de créations Rustine qui s’installe les 24 et 25 février.

Même si l’économie locale a pris un coup avec la fermeture temporaire de la laiterie Célia depuis décembre et ses 250 salariés au chômage technique, le maire veut croire en l’avenir et a redit toute sa confiance en Lactalis lors de ses vœux. La devise de Craon rappelle Claude Gilet, c’est “vivre au positif”.