Mayenne

Lactalis : Bercy rappelle tous les produits fabriqués à Craon

Le directeur de la communication de Lactalis Michel Nalet a assuré hier "collaborer parfaitement avec l'Etat" | photo Charlotte Derouin

Un cas avéré de salmonellose en Espagne et un cas suspecté en Grèce ont été signalés aujourd’hui. Le PDG du groupe laitier mayennais était convoqué au Ministère de l’Economie cet après-midi après la contamination par une salmonelle de 35 nourrissons consommateurs de poudre de lait fabriquée dans sa laiterie Célia de Craon et la vente de produits rappelés dans plusieurs enseignes de la grande distribution.

Bruno Le Maire s’est exprimé cet après-midi à la sortie de son entretien avec Emmanuel Besnier, le patron de Lactalis propriétaire du site Célia à Craon. « Lactalis reprendra tous les produits de lait infantile fabriqués sur le site de Craon, quelle que soit leur date de fabrication, dans tous les lieux de commercialisation, en particulier, la grande distribution et les pharmacies ». Le ministre de l’Economie élargit le rappel du 21 décembre qui concernait des lots produits dès février 2017 pour « éviter les retards, les difficultés dans le tri des lots et le risque d’erreur humaine ».

Le site de Craon, menacé ?

Sollicité, le maire de Craon ne souhaite toujours pas s’exprimer, mais son collègue de Renazé Patrick Gaultier, président du Pays de Craon attend lui que la lumière soit faite sur cette contamination à salmonelle pour que l’activité puisse redémarrer à la laiterie Célia qui emploie 327 salariés dont 250 sont au chômage partiel, et fait aussi vivre 600 producteurs de lait pour l’instant pas impactés.

Les mesures de chômage partiels sont en vigueur jusqu’au 4 février, elles pourront être reconduites si la situation l’exige explique Lactalis.

“Nos analyses ces dernières semaines confortent une hypothèse de résurgence d’une bactérie consécutive à des périodes de travaux, au premier semestre 2017, avec une possible dispersion sur le site”, c’est l’hypothèse à date déclare le porte-parole du groupe mayennais Michel Nalet. Une salmonelle Agona déjà responsable de 135 salmonelloses chez des nourrissons en 2005, qui, si elle ne parvenait pas à être éradiquée, pourrait signer l’arrêt de mort de la laiterie craonnaise. Sur ce point, le ministre Bruno Le Maire s’est toutefois voulu rassurant : « Lactalis fera tous les investissements nécessaires sur le site […] pour […] éviter que ne se reproduisent de telles contaminations », tout en réclamant davantage de transparence au géant de l’agroalimentaire.

“Entreprise défaillante”

Plus d’un mois après les premiers rappels, mise sur le grill par le gouvernement, Lactalis est sortie de son silence hier au cours d’une conférence de presse qu’a suivie Charlotte Derouin pour Oxygène.