Maine et Loire

Portrait. Cindérella Poidevin, championne du monde de “baby”

Cindérella Poidevin, championne du monde de baby-foot, est aussi vice-présidente du Baby-foot segréen | CJ

Ils sont jeunes, originaires du Haut Anjou et excellent dans leur discipline : Oxygène part à la rencontre de jeunes sportifs locaux cet été. Troisième portrait, celui de la Segréenne Cindérella Poidevin.

La Lorétaine de 32 ans originaire de Segré est tenante des titres mondiaux en double et par équipe. C’est par le football que la championne de baby-foot a commencé, au club de St Martin du Bois où jouaient son père et ses deux frères aînés, Rodolphe et Diego. Mais à 15 ans, elle doit faire un choix.

A l’époque, le choix de Cindérella est vite fait, elle vient de se blesser au genou et renonce donc à signer à la Croix Blanche, pour se consacrer au baby-foot, au club familial. L’année précédente, elle avait déjà remporté son 1e titre de championne de France à l’âge de 14 ans. 10 ans plus tard, c’est le sélectionneur de l’Equipe de France qui l’appelle. Cela fait 5 ans que Cindérella est capitaine… elle avoue être accro à la compétition.

Après 20 ans de baby-foot le palmarès de Cindérella Poidevin est impressionnant : une 3è place mondiale en simple, des titres de championne du monde en double et par équipe, rien que pour cette année. La vitrine dans laquelle elle range une quarantaine de coupes et médailles est désormais trop petite pour accueillir l’énorme trophée ramené des derniers Mondiaux, une folle compétition qui restera son meilleur souvenir.

Cindérella la championne est aussi une maman qui veut profiter de ses enfants le week-end. Elle a donc décidé de lever le pied sur les compétitions la saison prochaine, qu’elle disputait encore au rythme d’une au moins, par mois. Et si Angéline 5 ans, a l’air plus intéressée par les poupées, Corentin 7 ans semble déjà mordu, à tel point que Cindérella doit refréner ses ardeurs de compétiteur.

Pour la championne, hors de question cependant de lâcher les poignées. « Il faudra me couper les bras pour arrêter ! » assure celle qui affirme devoir encore progresser, pour jouer moins vite et plus stratégique. Avec pour objectif, la coupe du monde 2019 qui se tiendra en Espagne. Mais aussi un poste en école, car le baby-foot ne lui permet pas de vivre de sa passion, toute bardée de titres qu’elle soit.

Portrait réalisé avec Eléonore Pointeau