Maine et Loire

Sainte Gemmes d’Andigné. Quel avenir pour la zone après Intermarché ?

Intermarché a définitivement baissé le rideau jeudi 30 novembre, après 3 ans d'exploitation | CJ

Reportage réalisé avec Maëlys Daburon

Son installation avait fait grand bruit, son ouverture les dimanches aussi. Intermarché a définitivement fermé ses portes jeudi dernier zone de l’Ebeaupinière à Sainte Gemmes dans la discrétion, après seulement trois ans d’activité.

Le supermarché laisse 26 salariés sur le carreau qui se verront tous proposer un reclassement assure leur direction. Mais au moment de “baisser le rideau pour la dernière fois c’est très dur” raconte l’un d’eux, qui “tient à remercier les fidèles clients qui ont cru en eux jusqu’au bout”. La fermeture n’étonne hélas pas des acheteurs segréens unanimes.

Vendredi matin, le bâtiment d’Intermarché est comme abandonné, sans son enseigne | CJ

L’axe voisin, route de Pouancé n’est pas très fréquenté ajoute un autre, en écho à l’action menée le matin même pour les Jeunes agriculteurs du canton. François Giard et Ludovic Roncin ont dénoncé un grignotage de terres agricoles à l’occasion de leur opération solidaire “Sacs de blé”.

Ce n’est pas l’avis du président de la communauté de communes propriétaire de cette zone d’activité, Intermarché avait fait ses études de marché et a plutôt pâti de la “guerre commerciale” entre les trois grandes surfaces de la ville. La fermeture de la “locomotive” de l’Ebeaupinière n’est en aucun cas un coup d’arrêt pour la zone assure Gilles Grimaud.

Après une ouverture remarquée, Intermarché semble déjà tenter de se faire oublier. Vendredi matin, le démontage des enseignes et de la station avait déjà démarré. C’est la deuxième fois que les Mousquetaires sont battus à Segré, après un passé florissant il y a de nombreuses années zone de la Renaissance.

Des ouvriers à pied d’oeuvre dès vendredi pour démonter les cuves de la station service | CJ