150 collégiens de Maine-et-Loire découvrent le cécifoot

Sports 

Ce mardi 18 mai, la fondation Angers SCO et le conseil départemental de Maine-et-Loire ont permis à cinq classes de 5e de s'initier au cécifoot via des activités ludiques au château du Plessis-Macé, en présence du sélectionneur de l'équipe de France, Toussaint Akpweh.

Cécifoot
Toussaint Akpweh, le sélectionneur de l'équipe de France de cécifoot.
Crédit: Charles Dubré-Beduneau

18 mai 2021 à 15h43 - Modifié : 18 mai 2021 à 18h31 par Charles Dubré-Beduneau

Un simple bandeau sur les yeux peut permettre de voir les choses complètement différemment. C'est ce qu'on expérimenté environ 150 collégiens du Maine-et-Loire (issus d'établissements d'Angers, Avrillé, Cholet, Beaufort-en-Vallée et Saint-Barthélémy-d'Anjou) ce mardi à l'occasion d'une découverte du cécifoot, discipline paralympique pratiquée par athlètes déficients visuels. Cette journée était organisée dans le cadre du dispositif "Tous sportifs, tous paralympiques!" du conseil départemental qui, fort de son label "Terre de Jeux", s'est engagé à diffuser l'esprit olympique auprès des collégiens dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.


Une première dans la région

Au château du Plessis-Macé, encadrés par des éducateurs de la fondation Angers SCO et quelques joueurs du centre de formation, les élèves de 5e ont été mis en situation dans trois ateliers ludiques. Par binômes, ils ont tour à tour joué le rôle de guide et d'aveugle. Les yeux bandés, ils devaient écouter le bruit des clochettes dans le ballon pour ne pas le perdre. Ils ont aussi pu travailler la communication dans le babyfoot humain gonflable. "C'est une première dans la région. Semer la bonne graine auprès des jeunes est une mission qui nous tient à coeur. L'approche et la relation avec le handicap est toujours difficile pour les enfants. Cette sensibilisation permet de rapprocher le handicap et la "normalité". Les enfants arrivent souvent avec un peu d'a priori et repartent touchés, ravis et sensibilisés. On essaie de leur transmettre de belles valeurs pour qu'ils repartent avec un regard très positif du cécifoot et de la cécité. Pour moi le cécifoot véhicule les valeurs pures du football, malheureusement un peu perdues aujourd'hui dans le foot professionnel, qui sont le partage, la communication et l'humilité", commente Christophe Bordat, directeur de la Sco Fondation.


L'équipe de France de cécifoot disputera les Jeux Paralympiques de Tokyo cet été

La journée s'est déroulée en présence du sélectionneur de l'équipe de France de cécifoot, Toussaint Akpweh. "C'est très important d'accompagner et de faire découvrir à cette génération, qui est l'avenir, des notions liées à la différence, le respect de la différence, la manière dont on s'exprime malgré une différence qui peut être la cécité ou un autre handicap. Ils pourront ainsi se positionner plus tard dans une démarche active qui change le regard qu'on porte sur la notion du handicap. Pour soutenir l'équipe de France aux Jeux Paralympiques de Tokyo cet été, j'invite tout le monde à devenir des supporters solidaires en se rendant sur le site supporterssolidaires.org"

Christophe Bordat, directeur SCO Fondation
Toussaint Akpweh, sélectionneur de l'équipe de France de cécifoot
Zoé, élève de 5e du collège Clément Janequin à Avrillé, sur la découverte du cécifoot
Cécifoot
Les collégiens ont notamment testé le babyfoot humain gonflable.
Crédit: Charles Dubré-Beduneau