Rapport Moinard : le médiateur valide le projet de coopération entre les hôpitaux de Laval et Mayenne

Mayenne 

31 janvier 2022 à 18h00 par Alexis Vellayoudom

Ce lundi 31 janvier, le médiateur Daniel Moinard, missionné par le Premier ministre, a rendu son rapport sur l'offre de soins en Mayenne. Six préconisations pour porter à bien le projet de coopération entre les hôpitaux de Laval et Mayenne.

OXYGENE RADIO

Le projet de coopération médicale entre l'hôpital de Laval et du Nord-Mayenne aura bien lieu, c'est ce qu'a confirmé Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'Agence régionale de santé. Ce midi, le médiateur Daniel Moinard, missionné par Jean Castex pour faire un diagnostic sur l'offre de soins en Mayenne, a rendu son rapport. Ses conclusions ont surtout validé le projet coopération pourtant largement contesté par les usagers et les élus. 

 

132 millions d'euros d'investissement, la carotte ? 

 

C'est le directeur de l'ARS qui a pris la parole en premier. Jean-Jacques Coiplet a souligné que ce rapport reposait sur deux piliers. D'abord, un volet financier, près de 132 millions d'euros pour les soins en Mayenne, "des sommes considérables qu'on ne voit pas ailleurs", a précisé le directeur de l'ARS. Dans le détail, 80 millions d'euros serviront à la construction d'un nouvel hôpital à Laval (le projet est estimé à 107 millions d'euros), "sa réhabilitation n'est pas envisageable" a précisé Daniel Moinard. 12 millions seront destinés à la modernisation du centre hospitalier du Nord-Mayenne, 1,5 millions pour financer entièrement l'extension des urgences de Laval, 2 millions pour les EHPAD de Laval et 5,5 millions d'euros pour l'achat de matériel médical

Le deuxième pilier, le projet médical partagé entre l'hôpital de Laval et Mayenne qui concerne 8 disciplines, la gynécologie-obstétrique, les chirurgies orthopédique et viscérale, les soins critiques et d’urgence, l’anesthésie, la cardiologie, la médecine polyvalente et la gériatrie. Mais l'un des piliers ne va pas sans l'autre, c'est en tout cas ce qu'a voulu faire comprendre Jean-Jacques Coiplet : "on ne peut envisager de modernisation, sans avoir de projet médical partagé [...] c'est une condition de garantie, un élément absolument important pour les crédits qui seront actés [...] afin de nous assurer que ce projet médical partagé, dans un délai de 6 mois, va avoir lieu". En d'autres termes, l'aide financière, c'est la carotte, sous réserve de l'acceptation du projet de coopération entre Laval et Mayenne.

 

Une équipe pour deux sites en chirurgie ?

 

Daniel Moinard a ensuite dévoilé ses six préconisations avec un fil rouge, gagner en attractivité pour faire venir des médecins. Parmi les conseils, des choses qui paraissent plutôt évidentes comme nommer un nouveau directeur à l'hôpital de Laval (Sébastien Tréguenard a pris ses fonctions le 17 janvier), ou encore communiquer "positivement sur tout ce que se fait de bien les hôpitaux de Laval et Mayenne". Le médiateur appelle aussi les médecins à s'investir dans le commission médicale du Groupement hospitalier territorial, dont le Dr Berdin est le président.

Des groupes de travail qui rassembleront des professionnels de Laval et Mayenne vont pencher sur les 8 filières concernées par la coopération, "pour identifier les activités médicales qui seront pratiquées sur les deux établissements", souligne Daniel Moinard.

De l'aveu du médiateur, la coopération ne rencontre pas de difficultés hormis sur la filière anesthésiste où l'hôpital du Nord-Mayenne n'a pas de professionnel permanent, "en l'état actuel, on ne peut pas de ce fait maintenir la chirurgie à l'hôpital du Nord-Mayenne. Pour continuer les soins continues et chirurgie, gynécologie obstétrique, il faut que ça soit placé sous la responsabilité du chef de service de Laval", avoue Daniel Moinard. Il recommande d'ailleurs qu'une équipe de Laval se déplace sur les deux sites pour réaliser les consultations et les interventions. 

 

Le CHU d'Angers rentre dans les discussions

 

C'est l'un des points importants de ce rapport et une nouveauté dans le projet, le médiateur appelle les hôpitaux de Laval et Mayenne à "tisser un lien très fort avec le CHU d'Angers". Daniel Moinard souhaite que Mayenne et Laval deviennent des lieux de stage pour les médecins et les internes formés au CHU, "qu'il irrigue les territoires des médecins qu'il forme". Un médecin du CHU par spécialité pourrait intégrer les groupes de travail et avoir son mot à dire, "pour apporter son expertise, ses arbitrages et s'assurer que la filière est très bien organisée, pré-requis pour accueil des médecins formés par le CHU", conseille le médiateur.

Daniel Moinard a conclu sa présentation en voulant rassurer : "ces difficultés ne sont pas insurmontables. On est dans un contexte où l'hôpital est redevenu une priorité nationale. Je ne doute pas que les équipes dirigeantes seront embarquées derrière elles les équipes". De son côté, Sébastien Tréguenard, directeur de l'hôpital de Laval s'est dit "confiant dans l'idée qu'on va pouvoir se remettre autour de la table. Les destins respectifs de nos 2 établissements sont intimement liés [...] les équipes médicales qui doivent accepter de passer d'un établissement à l'autre".