Angers Sco surclassé par le Stade Rennais

Sports 

17 avril 2021 à 16h34 - Modifié : 19 avril 2021 à 12h03 par Charles Dubré-Beduneau

Très diminué par dix absents, dont Angelo Fulgini, le Sco s'est incliné ce samedi à domicile face à Rennes (0-3). Même si les Angevins se sont vus refuser un but valable en fin de première mi-temps.

Sco-Stade Rennais
Angers SCO fera son entrée en coupe de France le week-end du 18 décembre.
Crédit: Charles Dubré-Beduneau

Le sort semble s'acharner sur le Sco. Avec un effectif très diminué (Doumbia, forfait de dernière minute, venant s'ajouter à la longue liste d'absents), le groupe angevin était comme prévu dominé dès le début de match face au Stade Rennais ce samedi, à Raymond Kopa. Mais les hommes de Stéphane Moulin résistaient bien. À la 44e minute, Stéphane Bahoken (encore incertain deux heures avant le coup d'envoi) pensait même ouvrir le score en profitant d'une erreur du gardien rennais. Mais après consultation de la VAR, le but était refusé, M. Léonard estimant que l'attaquant angevin avait commis une faute sur le gardien. Dans la foulée, Doku permettait aux Rennais de prendre l'avantage juste avant le retour aux vestiaires (0-1, 46e). Cruel. Le début de deuxième mi-temps était équilibré, jusqu'à ce que l'ancien scoïste Flavien Tait ne serve une belle passe pour Martin Terrier qui doublait la mise pour les visiteurs (0-2, 63e). Stéphane Moulin faisait alors rentrer plusieurs jeunes (Khaled, Taïbi, Fatar, Fortuné) mais le Sco accusait le coup, à la fois physiquement et mentalement. Guirassy parachevait le succès rennais après un slalom dans la défense angevine (0-3, 93e).


Stéphane Moulin: "C'est scandaleux !"

En conférence de presse après le match, Stéphane Moulin n'a pas mâché ses mots concernant le but refusé à Stéphane Bahoken: "C’est scandaleux de confirmer une erreur alors qu’il y a les images qui montrent le contraire. L’arbitre me parle d’un coup de coude. Et me précise que nous n’avons pas vu les mêmes images. Merci aussi à la VAR qui checke cette erreur ! On peut avoir un doute sur ce type d’action : mais là, il est levé après les images. Notre joueur ne bouge pas et il y a faute. Alors qu’il n’y a aucune intention. On peut plus rentrer dans la surface alors ? Franchement, je ne comprends vraiment pas. Mais comme d’habitude, même quand les arbitres se trompent, ils ne le disent pas. Il faut le rappeler et arrêter la langue de bois. Les acteurs du foot doivent accepter toutes les décisions, même quand elles sont mauvaises. On ne va pas pleurer pour autant, mais tout est un peu contre nous, oui. Et là, ce qui est terrible, c’est qu’on a l’impression de se faire berner. (...) Après le deuxième but, le ressort est cassé. On n’a plus les jambes. On sent qu’il y a une très grande différence de niveau entre une équipe qui a presque acquis son maintien et une autre qui peut encore aller chercher l’Europe et qui a joué la Ligue des champions. Et cette différence est normale. Je ne vais absolument pas tirer sur l'ambulance car le Sco est un peu une ambulance, en ce moment. Mais je vais mettre ce match à la poubelle. C’est compliqué quand même : quelle équipe a dix absents ? Imaginez Rennes avec dix absents."

De son côté, Stéphane Bahoken était désabusé: "Je vois que le ballon est dans les airs, je le suis, je vois que le gardien se loupe et le ballon me retombe dans les pieds. Da Silva me bouscule, mais je suis statique et je ne touche pas le gardien. L’arbitre me dit que dès lors qu’on touche le gardien dans sa petite surface, il y a faute. La règle est nulle : en aucun cas il n’y a intention de le toucher. J’en ai parlé à Paul Bernardoni, qui ne connaissait même pas cette règle. C’est bidon ce point de règlement."

Bruno Génésio après la victoire de Rennes à Angers
Stéphane Moulin réagit au but refusé à Stéphane Bahoken
Stéphane Bahoken réagit à son but refusé