Les Ducs d'Angers s'offrent une 3e Coupe de France !

Sports 

31 janvier 2022 à 0h33 - Modifié : 31 janvier 2022 à 12h24 par Charles Dubré-Beduneau

Grâce à un but de Gaborit en prolongations, les Ducs ont battu les Rapaces de Gap (5-4) dimanche 30 janvier à l'Aren'Ice de Cergy-Pontoise pour s'offrir la 3e Coupe de France de leur histoire.

Ducs
Les Ducs victorieux des Rapaces de Gap en finale
Crédit: Charles Dubré-Beduneau

Quelle finale ! Les Ducs, qui disputaient leur cinquième finale de Coupe de France, sont allés chercher un troisième trophée Pete Laliberté dimanche sur la glace de Cergy-Pontoise au terme un match complètement fou face aux Rapaces de Gap. La rencontre ne commençait pourtant pas idéalement pour les Angevins puis c'étaient les Gapençais qui ouvraient le score par le Suédois Lorraine. Les Rapaces faisaient même le break en milieu de premier tiers temps par le Slovène Golicic. Mais les hommes d'Ethan Goldberg réagissaient par Philippe Halley sur un rebond généreux laissé par Junca puis Danick Bouchard (2-2). Dans le deuxième tiers temps, les Ducs prenaient l'avantage par Téo Sarliève, puis Neil Manning portait le score à 4-2. Mais une pénalité de 2 + 10 mn infligée à Nicolas Ritz pour une charge à la tête sur Axel Prissaint permettait aux Gapençais de revenir à 4-4 avant la fin du deuxième acte. 

 

Robin Gaborit en sauveur

 

Le troisième tiers temps était tendu, dans une belle ambiance malgré la jauge à 2 000 spectateurs. Aucun but n'était marqué et la prolongation en mort subite à 3 contre 3 était donc nécessaire pour décider d'un vainqueur. Comme un symbole, c'est Robin Gaborit, depuis dix ans au club et seul Duc déjà sacré en 2014 encore présent dans l'effectif, qui délivrait le peuple angevin (5-4). La fête pouvait commencer ! Les Ducs rejoignent Chamonix comme troisième club français avec le plus de Coupes de France. Seuls Grenoble (4) et Rouen (6) font mieux.

 

Retour en coupe d'Europe la saison prochaine 

 

Les Angevins décrochent aussi leur ticket pour la petite coupe d'Europe, la Continentel Cup, la saison prochaine. Prochain objectif pour les Ducs: la coupe Magnus ! Le championnat qui se poursuit d'ailleurs dès ce mardi 1 février avec la réception d'Anglet à l'IceParc (20h30). Entre-temps, les joueurs et le staff seront reçus ce lundi en fin d'après-midi à la mairie d'Angers par Christophe Béchu et son adjoint aux sports, Charles Diers. 

Robin Gaborit: "Je vais m’en souvenir longtemps, je pense. C’est le but le plus important de ma carrière et pouvoir offrir cette victoire, c’est magnifique. C’est une grosse victoire d’équipe. On n’a pas commencé le match comme on le voulait. On revient fort, mais on se fait rattraper. Il y avait deux équipes de caractère qui ne voulaient rien lâcher. C’était une finale. Ça se joue sur des détails. Ça aurait pu basculer pour eux. Mais je suis très très très heureux que ça bascule pour nous. C’est une belle histoire de pouvoir offrir cette coupe à Angers. Pour tout ce que le club m’a donné, me donne encore. Ça fait dix ans que je suis là. Ce maillot, je me battrai pour lui et gagner avec ce club, c’est un sentiment phénoménal. En 2014, on avait un groupe de potes avec qui je jouais depuis très longtemps et qui sont devenus des amis pour la vie. Et vivre ces moments avec un nouveau groupe, c’est top. Donner du bagage à des plus jeunes qui vivent ces moments aujourd’hui, c’est super aussi."

Patrick Coulombe, capitaine des Ducs d’Angers: "À la française, on a « kiffé » ce match. Ne serait-ce que sur le plan du résultat. Mais ça aurait pu tourner d’un côté comme de l’autre Le spectacle a été chouette et, autant pour eux que pour nous, ça a été beaucoup d’émotions. Il fallait garder la tête froide en toutes circonstances : en tirant de l’arrière (en étant mené) ou quand nous étions devant. Je lève mon chapeau à l’équipe de Gap qui a amené du gros hockey. Et nous sommes bien contents de l’issue de ce match. C’est évidemment beaucoup de travail. La route a été longue. C’est une belle fierté, collectivement et individuellement, de ramener la Coupe à Angers. C’est ma première coupe depuis que je suis ici, donc elle est spéciale pour moi. À 4-4, on est resté des professionnels. Le momentum d’un match peut changer d’une minute à l’autre. D’une présence à l’autre. C’est ce qui s’est passé. Il a fallu gérer tout ça, dans le vestiaire et sur le banc. On savait que ce match allait être une longue bataille. Il l’a été. Avant que Robin ne nous libère. C’est une belle récompense."

Robin Gaborit ivre de bonheur à l'issue de la finale
Le capitaine Patrick Coulombe revient sur le scénario fou de cette finale