Ligue Magnus, demi-finales: les Ducs d'Angers au bord du gouffre

Sports 

30 mars 2022 à 9h49 par Charles Dubré-Beduneau

Dans un match 5 fou mardi soir à l'IceParc, les Ducs se sont inclinés en prolongations face aux Dragons de Rouen (4-3). Ils devront impérativement gagner à Rouen vendredi 1er avril pour espérer la tenue d'un 7e match décisif.

Philippe Halley et les Ducs
Philippe Halley et les Ducs sont menés 3-2 dans leur série face à Rouen
Crédit: Théo Bariller-Krine / La Dalle Angevine

Les 3 586 spectateurs de l'IceParc en ont eu pour leur argent mardi soir avec encore un match de playoffs à rebondissements ! Les Ducs lançaient parfaitement leur soirée en fin de premier tiers temps en ouvrant le score, à cinq contre quatre, grâce au défenseur Vincent Llorca, déjà buteur lors du match 2 (1-0). Rouen pensait égaliser à deux secondes de la sirène mais le corps arbitral refusait le but car un joueur rouennais se trouvait dans la zone du gardien. Furieux et sûr de la validité du but, le coach rouennais Fabrice Lhenry demandait la révision vidéo mais les arbitres confirmaient leur décision et les Dragons écopaient donc d'une pénalité. Les Ducs en profitaient pour faire le break dès le début du deuxième tiers temps par Nicolas Ritz qui placait le palet sous la barre transversale de Matija Pintaric (2-0). 

 

Joël Caron, bourreau des Ducs

 

Mais les Rouennais ne sont jamais aussi dangereux que lorsqu'on les croit perdus. Ils recollaient au score dans le deuxième acte grâce à David Gilbert et Enzo Cantagallo. Dans la troisième période, les Angevins étaient de nouveau beaucoup pénalisés. Avec le soutien de leur public, ils résistaient pourtant à trois contre cinq pendant une minute trente. Dans la foulée, Zach Torquato donnait l'avantage aux Ducs sur un petit lancer anodin qui se faufilait entre les bottes du cerbère des Dragons (3-2). On se disait alors que les joueurs d'Ethan Goldberg avaient fait le plus dur. Mais c'était sans compter l'incroyable résilience des champions de France en titre. Avec moins de deux minutes à jouer, Fabrice Lhenry sortait son gardien pour mettre six joueurs sur la glace et le Québécois Joël Caron trouvait la lucarne d'Evan Cowley d'un tir parfait (3-3). On avait droit à la première prolongation en mort subite de cette série, la toute première pour les Ducs dans ces phases finales. À trois contre trois, Robin Gaborit et  Philippe Halley avaient des occasions mais laissaient passer leur chance. Et c'est encore ce diable de Caron qui, d'un superbe effort individuel, trompait Cowley pour offrir ce match 5 aux Rouennais.

 

Victoire impérative vendredi à Rouen 

 

Les Dragons mènent donc désormais la série trois victoires à deux et auront l'occasion de se qualifier pour la finale en cas de nouvelle victoire vendredi 1er avril, sur leur glace. Les Ducs peuvent nourrir des regrets car, comme lors du match 1, ils avaient ce match en main. Ils doivent vite digérer cette cruelle défaite pour tenter de forcer la tenue d'un match 7, dimanche à l'IceParc (16h). "On a du caractère dans cette équipe. Cette série n'est pas finie. On va tout donner vendredi pour prolonger notre saison", a réagi Robin Gaborit. 

Dans l'autre demi-finale, Grenoble s'est qualifié pour la finale grâce à sa quatrième victoire face à Cergy (7-0).