Maine et Loire

Châtelais. Un collectif pour rouvrir l'épicerie-bar

01 février 2019 à 18h23 Par Coralie Juret
Une quinzaine d'habitants de Châtelais souhaite monter une épicerie solidaire.
Crédit photo : CJ

Une quinzaine d'habitants planche sur un projet d'épicerie solidaire, avec le soutien du maire du village. Les producteurs locaux y seraient mis en avant et le bar proposerait des animations.

Il faut sauver l'épicerie de Châtelais. Un collectif d'habitants, une quinzaine, porte ce projet depuis l'été dernier et le dépôt de bilan des gérants. Il présentait son projet la semaine dernière en réunion publique : une épicerie solidaire, sur le modèle de celle de Challain La Potherie. D'autres visites à Rablay sur Layon et Villepot en Maine et Loire, à Saint Mars sur la Futaie en Mayenne et à Augan, dans le Morbihan, ont conforté et affiné le projet. 

En plus des produits de première nécessité, l'épicerie solidaire de Châtelais ferait la part belle aux producteurs locaux, nombreux sur le territoire explique Aurélie Jouenne : "on veut répondre à l'offre de base mais on a aussi beaucoup de producteurs", explique cette habitante qui travaille auprès des collectivités, "c'est l'occasion de mettre leurs produits en vitrine, il y a de la demande".

"Le bar aura besoin d'un relooking", expliquent quelques membres du collectif.

Aux côtés du collectif, le maire Pierre-Marie Heulin explique les possibilités de financement : le bâtiment appartient déjà à la commune nouvelle, et le projet pourrait prétendre à des subventions, régionales, européennes, en plus d'une levée de fonds participative, pour passer de 50 à 100 m².

À la fermeture du commerce en juillet dernier, c'est l'élu qui avait fait marcher son réseau pour que ce service à la population revienne, dans le village de 600 habitants : "Châtelais est à 12 km de Segré, si on veut garder un maximum de gens au village, c'est important". "Avant on se croisait, on discutait dans le magasin ou sur la terrasse dehors, cet échange de la population entre elle est très important", souligne aussi l'agriculteur.

Pour que tous les Chatelaisiens en profitent, le collectif compte démarrer avec une salariée, pour une ouverture 6 jours sur 7 et en soirée. Il imagine aussi ouvrir le bar attenant sur le jardin où seraient installés des jeux pour les enfants, un bar avec des animations pour tendre vers le label "Bistrot de pays". Le collectif a encore du pain sur la planche avant l'ouverture espérée en septembre, mais une quarantaine d'habitants se sont dits prêts à aider. Une association devrait voir le jour en mars.

Pour contacter le collectif : mairie de Châtelais ou boîte à lettres de l'épicerie.