Comment développer le tourisme dans les Vallées du Haut-Anjou ?

Actualités Maine et Loire 

Les élus de la Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou se sont penchés sur la création de deux ZAT, des zones d'activités touristiques. L'une le long de la Mayenne, de La Jaille-Yvon à Grez-Neuville, l'autre le long de la Sarthe, en réflexion avec le département et la région.

OXYGENE RADIO
Les élus à vélo sur le halage, le long de la Mayenne
Crédit: Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou

22 mai 2019 à 8h30 par Alexis Vellayoudom

Des ZAT pour développer le tourisme. Projet en réflexion au sein de la Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou (CCVHA). Samedi, les élus étaient en randonnée vélo, le long de la Mayenne, de La Jaille-Yvon à Grez-Neuville, l’occasion de présenter la ZAT mayenne.

Ce périmètre, dédié au développement touristique, a pour objectif de valoriser le territoire et développer le tourisme, «C’est l’occasion de mettre en exergue toutes les richesses patrimoniales du secteur. On veut aussi être facilitateur pour intéresser des restaurateurs, des hébergeurs et des animateurs de sites touristiques à venir renforcer cette attractivité », explique Maryline Lézé, vice-présidente de la CCVHA et déléguée au tourisme.  

L’élue se dit consciente du potentiel touristique du territoire. La Communauté de communes collaborera avec les acteurs déjà présents, notamment Anjou Sport Nature et le Camping du Lion, le long de la Mayenne.

 

Un projet le long de la Sarthe

 

Sur le projet Sarthe, tout reste à construire. La réflexion du département et de la région se porte sur le chemin entre Sablé-sur-Sarthe et Angers. Les Communautés de communes traversées par la Sarthe sont sollicitées, pour l’approbation de ce projet.

Une piste cyclable et un chemin pédestre sont à l’étude, « nous allons lancer une étude de faisabilité pour identifier l’itinéraire, mais aussi une étude d’impact. Nous sommes dans les basses vallées angevines donc nous devons aménager le site en respectant l’environnement », précise la déléguée au tourisme.

 

Une longue démarche administrative attend donc la CCVHA, avant le premier coup de pelle.