Maine et Loire

Des alpinistes urbains à Segré contre les choucas

31 octobre 2019 à 08h00 Par Coralie Juret
Ces alpinistes sont spécialement formés aux travaux difficiles d'accès pour l'urbain ou l'industrie.
Crédit photo : ExtremWork

Une société tourangelle d'alpinistes urbains est venue déloger des familles de choucas et empêcher leur réinstallation dans les cheminées d'une habitation.

Ils descendent en rappel pour travailler sur les toits : des alpinistes urbains sont intervenus à Segré la semaine dernière. Appelés par une habitante de la rue des Hauts Saint Jean, ils avaient pour mission de déloger des choucas qui nichaient dans ses cheminées. Ces cordistes du bâtiment interviennent en binôme sur des travaux difficiles d'accès.

"On intervient du haut vers le bas en s'attachant sur les cheminées ou des points d'ancrage. Là on est intervenus pour retirer les choucas et installer des mitres pour éviter que les oiseaux rentrent nicher. Ce sont des petits chapeaux en terre cuite", explique Fabien Le Gall, gérant de la société tourangelle ExtremWork.

Écouter le podcast

Indésirables choucas

Les choucas, un fléau dénoncé depuis de longues années par des Segréens excédés des dégâts que provoquent ces oiseaux protégés, une pétition circule actuellement. Corinne Oppenlander elle, n'a pas attendu l'irréparable. Elle a fait venir ces alpinistes urbains chez elle pour les déloger et les empêcher de nicher.

"Leur environnement naturel ne leur suffit plus et ils commencent à coloniser nos cheminées", s'agace cette secrétaire indépendante. "J'ai deux cheminées, les deux étaient occupées par des nids. En plus ils descendent dans les conduits à 2-3 m de profondeur, ce qui provoque des dégâts, bouchage etc". Sans compter le raffût que font les oiseaux et leur progéniture. Une intervention était prévue au printemps pour les empêcher de rentrer mais les choucas s'étaient déjà installés.

Écouter le podcast

alpinistes urbains ExtremWork Segré.JPG (120 KB)

D'où l'appel à ces alpinistes urbains, formés à réaliser des interventions difficiles à 15 m de hauteur ou plus, et "moins onéreux que l'installation d'un échafaudage", en plus d'être "rapides". En juin dernier ExtremWork avait déjà repeint la tour Qalian zone d'Etriché, à Segré.