Maine et Loire

Ecoles mortes : des parents toujours mobilisés contre la loi Blanquer

10 mai 2019 à 18h10 Par Coralie Juret
Les parents s'étaient déjà mobilisés pour dire leur attachement à leurs directeurs et poser des banderoles, ici à Thorigné d'Anjou en mars.
Crédit photo : CJ

Des associations de parents d'élèves appelaient à ne pas mettre les enfants à l'école aujourd'hui en Maine-et-Loire, en soutien aux enseignants en grève reconductible contre la loi Blanquer. Une mobilisation inédite aujourd'hui dans le Segréen.

Les petits Segréens ont fait l'école buissonnière aujourd'hui. Les parents ont répondu en nombre à l'appel "écoles mortes" des APE et de la FCPE de Maine-et-Loire pour aujourd'hui contre la loi Blanquer. "Du jamais-vu" dans le Segréen pour un mouvement à l'initiative des parents nous disait ce matin Hugues Rayer, directeur de la maternelle les Pierres Bleues à Segré. 

74 % de ses élèves sont absents, 70 % chez son collègue de l'élémentaire. C'est 67 % d'absents à Françoise Dolto et 69 % à Robert Fontaine. Au RPI les Trois Plumes, on enregistre 45 % d'absentéisme sur les trois sites, Saint Sauveur, Montguillon et la Ferrière de Flée, et encore, des parents soutenant le mouvement là-bas "n'ont pas pu faire garder leurs enfants" précise un organisateur. A Pouancé, il manquait la moitié des élèves de maternelle (50 %) à Henri Dès, 37 % à l'élémentaire Jules Verne.

Une manière pour ces parents, de "montrer leur mécontement" et de "rester mobilisés" aux côtés des enseignants "tant que la loi n'est pas votée". Elle sera examinée au Sénat en première lecture à partir de mardi.