Maine et Loire

La permaculture ce n’est pas que le jardin !

23 août 2019 à 18h25 Par Alexis Vellayoudom
Des conférences et des ateliers ont lieu tout le week-end
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Les Rencontres Nationales de la Permaculture sont installées jusqu’à dimanche au Domaine des Danne, à Saint-Martin-du-Bois. L’occasion pour les passionnées et amateurs de découvrir ce système presque devenu un mode de vie.

Pieds nus dans l’herbe sous une tente ou alors sur une chaise dans les salles qu’offre le Domaine des Danne, ils sont venus de toutes la France pour assister aux conférences et aux ateliers de la 7ème édition des Rencontres Nationales de la Permaculture. Co-organisé par l’association nationale Brin de Paille et l’association locale L’Arbre qui marche, l’évènement a pour vocation de permettre l’échange et le partage entre « des personnes membres du réseau ou simplement des néophytes », explique Nathalie Foucaud, co-président de l’association Brin de Paille.

 

Alors qu’est-ce que la permaculture et comment se traduit-elle ?

 

Souvent cantonné au potager ou au jardinage, la permaculture peut enfaîtes se décliner sous plusieurs formes, « en permaculture, on va raisonner en besoin donc en ressources. Ça peut être la question de l’eau, mais ça peut être aussi des aspects thermiques du bâtiment, comment je peux le construire. On va essayer de se poser des questions. L’idée c’est d’avoir une vie assez simple alors ça peut amener des systèmes complexes, mais l’idée, c’est de rendre la vie plus simple », explique Charles Peyrouty, co-président de Brin de Paille.  

La permaculture peut aussi se retrouver dans plusieurs thématiques, «  sur les conférences, on peut aussi bien avoir des choses qui vont tourner autour de l’auto-construction, du bâti, que de la gouvernance, comment on fonctionne ensemble. Jusqu’à des choses très techniques, comment on fait des toilettes sèches, pourquoi c’est pertinent », explique Charles.

RNP 2019.JPG (194 KB)

La permaculture est-elle un art de vivre ?

Un système d’autonomie donc qui peut s’apparenter à un art de vivre, « la permaculture avance sur deux pieds, le savoir et le faire. C’est vrai que de se former, lire, regarder des tutos peuvent être des choses qui nous aident et qui nous font avancer. Mais il faut aussi s’exercer, on a le droit de se tromper et il faut avancer. Il est de notre responsabilité à tous de faire un pas en avant vers ce bon sens », ajoute Charles.

Plusieurs conférences et ateliers sont proposés pendant ses rencontres. Le programme est à retrouver sur https://asso.permaculture.fr/le-programme-des-rnp-2019/. Les organisateurs attendent entre 700 et 800 personnes par jour.