Maine et Loire

Le Lion d'Angers. La prévention routière, plutôt que la sanction

26 octobre 2018 à 18h25 Par Coralie Juret
Un simulateur de conduite permettait de mesurer l'impact des distances de sécurité.
Crédit photo : CJ

Lors de la Semaine de la sécurité intérieure, les forces de l'ordre ont choisi de sensibiliser, plutôt que de verbaliser. Reportage sur les ateliers prévention installés au Lion d'Angers vendredi 12.

La prévention plutôt que la sanction. Les gendarmes de la compagnie de Segré et la Sécurité routière proposaient une alternative au Lion d'Angers lors de la semaine de la sécurité intérieure. L'objectif : faire baisser le nombre d'accidents sur les routes du Département, déjà plus de 32 début octobre pour un objectif annuel de 27 en Maine et Loire.

Le téléphone portable au volant, la vitesse, l'alcool, le non-port de la ceinture de sécurité ou encore les refus de priorité étaient ciblés cette semaine-là. 37 personnes âgées de 16 à 60 ans ont accepté une levée de contravention en échange de leur participation à des ateliers de prévention.

L'impact d'un tel dispositif et son efficacité sont difficiles à mesurer mais il a le mérite de faire réflechir quelques temps au moins estime la coordinatrice sécurité routière Martine Benoist. 16 personnes ont perdu la vie sur les routes de l'arrondissement de Segré entre 2013 et 2017, 186 autres ont été blessés dans des accidents de la route. Les seniors sont particulièrement touchés, le plus souvent en tant que victimes. "La mortalité des jeunes est dramatique" souligne aussi Martine Benoist, 37 % des victimes graves entre 2013 et 2017 sur l'arrondissement de Segré avait moins de 24 ans.