Maxime Sorel et V and B-Mayenne rêvent d'un bateau "100% mayennais" pour le Vendée Globe 2024

Actualités Sports 

Il a donné "une image extraordinaire de la Mayenne" et a montré "un comportement exemplaire"... Maxime Sorel vient rencontrer ses fans collégiens en Mayenne cette semaine. Hier matin à Laval il est revenu sur son premier Vendée Globe sur V and B-Mayenne et ses projets pour la suite, avec le soutien du Conseil départemental.

OXYGENE RADIO
Crédit: CJ

16 février 2021 à 10h58 - Modifié : 16 février 2021 à 11h04 par Coralie Juret

Il a donné "une image extraordinaire de la Mayenne" et a montré "un comportement exemplaire"... Maxime Sorel vient rencontrer ses fans collégiens en Mayenne cette semaine. Hier matin à Laval il est revenu sur son premier Vendée Globe sur V and B-Mayenne et ses projets pour la suite, avec le soutien du Conseil départemental.

Le président Richefou l'a dit hier, "il faut que Maxime reste en Mayenne", c'est "un bon navigateur", "un bon communicant". Le partenariat entre ce jeune skipper, 10e du dernier Vendée Globe, V and B l'entreprise et la collectivité mayennaise est "une réussite" selon leurs propres mots. "V and B ça fait déjà maintenant 7 ans", rappelle Maxime Sorel, "si on pouvait encore continuer, si la Mayenne continue ça fera vraiment deux gros sponsors fidèles. J'ai hâte".

Maxime Sorel : "V and B, ça fait déjà 7 ans"

"C'est comme la Formule 1, mais avec beaucoup moins de moyens"

Le Vendée Globe à peine terminé, le mercato en classe IMOCA bat son plein. Le jeune ingénieur en génie civil a déjà été sollicité par des sponsors, V and B par des skippers, mais le binôme a "évolué ensemble" et compte continuer, confirme Maxime. Le Département veut de son côté embarquer d'autres entreprises, trois l'ont d'ailleurs déjà contacté, "et pas des moindres" selon le président Richefou. 

Pour mener à bien ce nouveau projet 2024, il faut un bateau plus récent, mais pas neuf pour son 2e Vendée Globe, Maxime Sorel ne se sent "pas complètement à maturité". Il faut donc trouver LE foiler, et il n'y en a pas 50 : "Ces trois bateaux, on va dire qu'il y en a un et demi qui serait capable de répondre aux exigences, de pouvoir démarrer le projet maintenant et d'aller jusqu'à 2024", révèle le skipper de V and B-Mayenne. "On réfléchit à toutes les opportunités, changer de bateau peut-être en 2022 si l'on pas le bateau que l'on souhaite tout de suite".

Maxime Sorel - "Sur trois bateaux, il y en a un et demi capable de répondre aux exigences"

Il faudra peut-être aussi renforcer la petite équipe de 4 temps plein autour de Maxime Sorel, qui vise déjà des podiums pour l'année prochaine. "C'est un vainqueur potentiel la prochaine fois", avance le président de la Mayenne à propos du Vendée Globe 2024, "il faut lui donner les moyens".

Peut-être avec un bateau 100% Mayenne, toujours aux couleurs de Vaincre la mucoviscidose. L'appel est lancé aux mécènes du département.