Mutualisations au groupe Ouest France : "une stratégie suicidaire"

Actualités Maine et Loire 

Dans une motion de défiance à l'encontre du groupe SIPA Ouest-France, les syndicats des titres Ouest-France, Le Courrier de l'Ouest, Le Maine Libre et Presse-Océan exigent le retrait du projet de mutualisation de leurs rédactions et défendent "la qualité de l'information de terrain".

OXYGENE RADIO

21 septembre 2018 à 7h53 - Modifié : 21 septembre 2018 à 8h03 par Coralie Juret

"Une stratégie suicidaire", c'est ainsi que les syndicats du groupe SIPA-Ouest France qualifient le projet de mutualisation de leurs rédactions à l'origine d'un mouvement de grève depuis jeudi en Maine et Loire, Loire-Atlantique et Sarthe.

"Les directions de Ouest-France, du Courrier de l'Ouest, du Maine Libre et de Presse-Océan [...] ont rompu la confiance avec leurs salariés" assène la motion de défiance soumise aux journalistes. "En fermant six rédactions [dans] trois départements, ce plan porterait gravement atteinte à la qualité de l'information de terrain" selon le SNJ, la CFDT et la CGT. Il "ne se fonde que sur des économies", "sa faisabilité est jugée techniquement irréaliste par les équipes de terrain" ajoute encore l'intersyndicale.

"Les salariés du groupe SIPA Ouest-France demandent à la direction de retirer son projet", que "leurs dirigeants [...] respectent leur lectorat, renouent avec leur personnel, et manifestent leur foi en l'information de qualité". Les journalistes du groupe sont en grève depuis jeudi dernier, date de l'annonce de ce plan. Lundi ils étaient 200 devant le siège du groupe à Rennes. Mardi, les éditions Angers-Segré, Cholet et Sarthe de Ouest-France n'était pas sorties.