Maine et Loire

Portraits de femmes : Maryline Lézé, maire

28 février 2019 à 15h57 Par Coralie Juret
Crédit photo : CJ

Elles ont des postes à responsabilité ou de hautes fonctions... comment ces femmes encore trop peu nombreuses vivent-elles leur travail, leur engagement ? Oxygène s'est posé la question avant la Journée des droits des femmes le 8 mars. Premier d'une série de huit portraits, rencontre avec Maryline Lézé, maire de la commune nouvelle Les Hauts d'Anjou (Maine-et-Loire).

Écouter le podcast

Les femmes sont encore minoritaires aux postes à responsabilité en France. Sont-elles victimes de sexisme dans leurs fonctions ? C'est le fait de personnes isolées nous a répondu Maryline Lézé, maire des Hauts d'Anjou, qui avait été proposée pour présider l'ancienne intercommunalité.

"Quelqu'un avait dit : "oui mais enfin Maryline c'est embêtant parce que c'est qu'une... c'est qu'une adjointe quoi", raconte Maryline Lézé. "C'est retombé sur "adjointe" mais j'ai traduit "ce n'est qu'une femme". Pour la bonne raison que le président suivant était aussi un adjoint, donc ce n'était pas réellement le problème."

Être victime de réflexions sexistes la "laisse complètement indifférente" aujourd'hui, avoue la maire de la commune nouvelle du Castelneuvien, pour qui il faut "avoir l'autorité pour se faire respecter" et ne pas s'arrêter à ce genre de remarques. Les femmes doivent surtout "penser que la maison peut tourner sans elles" dit-elle encore, et alors, si les responsabilités sont partagées entre conjoints, elles pourront davantage s'engager.