Prix du génie écologique pour le Bassin de l'Oudon

Actualités Maine et Loire 

Le Bassin de l'Oudon a reçu le prix du génie écologique à Paris, pour la restauration écologique de l'Hommée

OXYGENE RADIO
Gilbert Boué, Bertrand Saget, Anthony Saudubois, Jean-Noël Béguier, Joël Roncin et Hervé Dubosclard

20 novembre 2018 à 15h02 - Modifié : 20 novembre 2018 à 15h06 par Alexis Vellayoudom

Mercredi 5 novembre, le Bassin de l'Oudon recevait, au Pavillon d'eau à Paris, le prix du génie écologique catégorie 1 "Amélioration de la continuité écologique, Trame verte Bleue", pour la restauration écologique de l'Hommée. Un projet déclaré d'intérêt général, commencé en 2012 où les enjeux environnementaux, économiques et sociaux étaient importants.


Pour la réalisation de ce projet le Bassin de l'Oudon a dû rassembler plusieurs acteurs locaux, mais aussi engager des discussions avec les différents utilisateurs de l'Hommée. Une initiative qui a d'ailleurs été saluée par le jury, pour sa capacité à avoir polarisée autant d'acteurs.


Les améliorations apportées à l'Hommée ont permis d'augmenter la qualité de l'eau, mais aussi la qualité de la vie, tout en respectant la biodiversité et l'environnement. Des accords ont été trouvés avec les agriculteurs locaux pour utiliser au mieux et de manière plus écologique la rivière, notamment dans l'abreuvement des bovins. Au total 17 barrages sur 18 ont été effacés, l'eau a pu être ré-oxygèné, la végétation entretenue et les berges ré-aménagées. 12 km de chantier sur les 2 rives pour réhabiliter l'Hommée dans le paysage rural.

Un projet qui a été possible grâce aux soutiens des mairies de la nouvelle commune d'Erdre en Anjou. Anthony Saudubois, technicien en milieu aquatique, remercie également la participation de Moreau et Associés d'Andigné, les associations d'insertion professionnelle promo-travail de Pouancé et l'ASDIES de Segré, et enfin l'association Sylvagraire de Juigné-des-Moutiers. 


Le projet de restauration écologique de l'Hommée en appel d'autres. Le syndicat se penche actuellement sur l'Argos.