Sports

Vendée Globe : comment va Maxime Sorel, le skipper de V and B-Mayenne ?

18 février 2021 à 12h36 Par Coralie Juret
Crédit photo : CJ

Arrivé 10e samedi 30 janvier, le jeune skipper du bateau mayennais n'avait eu que peu de répit depuis son premier tour du monde en solitaire.

Comment va Maxime Sorel ? On prend de ses nouvelles après 82 jours en mer, et un premier Vendée Globe bouclé il y a 15 jours. Le skipper de V and B-Mayenne était à Laval lundi, il vient rencontrer des collégiens ce jeudi et vendredi en Mayenne.

Après sa 10e place sur le Vendée Globe, Maxime Sorel n'a pas le temps de se poser. Il prépare déjà son projet 2024, il faut boucler le budget sponsors, acheter un bateau... le retour sur terre a été violent pour lui qui n'a eu aucun répit avant de remonter le chenal des Sables d'Olonne. Mais tirer les ficelles de son projet l'empêche de ressentir une sorte de vide qui décrivent souvent les circumnavigateurs après leur arrivée.

La fatigue est là pourtant... "plus je dors, plus je suis fatigué", explique le jeune skipper qui a tout de suite retrouvé un rythme de sommeil normal après une nuit blanche à son arrivée. Ce Vendée Globe l'a changé, il le perçoit déjà quand il ne ressent plus le besoin de klaxonner au volant, "oui, je suis plus patient". Mais toujours un éternel insatisfait, qui ne se voit pas comme un héros, même s'il est désormais reconnu ou suivi dans la rue...

Maxime Sorel - "j'ai pas du tout l'impression d'être un héros"

Très simple, le skipper de V and B-Mayenne, qui était aussi venu chercher cette aventure humaine en plus du défi sportif.

Maxime Sorel a quand même prévu de prendre soin de lui : des vacances chez son frère à la montagne à la fin du mois et du ski de randonnée. Fin mars, il commencera un programme sportif pour récupérer les 2 kg de muscles qui ont fondu sur ses jambes pendant le Vendée Globe.