Vendée Globe, semaine 3 : cap sur les 40e Rugissants

Actualités Sports 

La Semaine du Vendée Globe #3 : décryptage de la semaine avec Jacques Amedeo et retour sur la course du skipper segréen Fabrice Amedeo et du bateau mayennais de Maxime Sorel.

OXYGENE RADIO
Maxime Sorel sur son bateau VandB-Mayenne cet été au large de Groix. / photo Jean-Marie Liot

30 novembre 2020 à 8h23 - Modifié : 15 décembre 2020 à 16h13 par Coralie Juret

L'annonce est tombée hier, après l'enregistrement et la diffusion de notre chronique : le Gallois Alex Thomson abandonne suite à une avarie irréparable sur son safran tribord. Nous y reviendrons samedi avec Jacques Amedeo. Fabrice Amedeo lui, a rendu hommage à son collègue qui partait pour une victoire sur son 4e Vendée Globe.

La semaine dernière avait déjà été marquée par des avaries majeures, de favoris notamment : un foil en moins pour Thomas Ruyant sur Apivia, après une casse structurelle pour Alex Thomson et le retour aux Sables de Jérémie Beyou.

De son côté, le Segréen Fabrice Amedeo tente de faire contre mauvais fortune bon coeur : le vent n'est décidémment pas dans son sens pour sa 2e édition. Son groupe de bateaux est le seul qui a eu un Pot au noir !

Le skipper du bateau mayennais Maxime Sorel, a lui choisi de couper le fromage pour rejoindre le Cap de Bonne Espérance. Une option plus risquée que la louche brésilienne (rien à voir avec la cuisine). Il arrivera ensuite aux 40e Rugissants, la latitude de tous les dangers...

Louise de l'école Hervé Bazin de Vern d'Anjou, a aussi demandé à Jacques Amedeo comment les skippers font pour avancer face au vent. La réponse dans notre chronique ci-dessous.