À Anjou Saber, une immersion sportive dans l'univers Star Wars

Maine et Loire Sports 

2 décembre 2021 à 15h13 - Modifié : 4 décembre 2021 à 11h10 par Alexis Vellayoudom

Depuis 2016, ces passionnés ou non de Star Wars pratiquent et initient au sabre laser. Un savant mélange d'arts martiaux et de l'univers de la Guerre des étoiles.

Anjou Saber_05 11 21_AVC
Le maniement du sabre combine différentes formes d'arts martiaux et bien sûr l'univers Star Wars
Crédit: Alexis Vellayoudom

Montez dans le vaisseau ou votre voiture, attachez votre ceinture, direction Coruscant (bon en faite, c'est la salle omnisport de la Roseraie à Angers) ! Là-bas, une quinzaine de padawans, comprenez des élèves Jedi (des gens comme vous et moi quoi) pratiquent le sabre laser, cette arme emblématique de l'univers Star Wars. On a suivi un cours avec l'association Anjou Saber, et c'est du sport ! 

En 2016, une bande de copains (et de passionnés) de Cholet montent à Angers et créent l'entreprise Anjou Saber. Pendant 4 ans, ils proposeront de l'initiation au maniement du sabre, des cours, et participent aussi à des shows de l'univers Star Wars comme Angers Geek Fest (ou encore sur la vidéo de lancement de l'épisode 6 au cinéma Gaumont d'Angers, c'était bien eux !). Mais le statut d'entreprise n'était pas adéquate, "économiquement, c'était pas viable. Ça prenait beaucoup de temps dans la gestion administrative et certains ont été pris par des obligations professionnelles. Alors en septembre 2020, on a voulu relancer les cours avec mon frère, sans se prendre la tête et sous forme d'association", explique Anaïs Tâcheau, aujourd'hui secrétaire de l'association. 

 

 

 

Immersion dans le temple Jedi d'Anjou Saber pour s'initier au sabre laser
Crédit: Alexis Vellayoudom
Reportage - Anjou Saber

 

Une histoire de passionnés, mais pas que

 

L'association a désormais 2 membres, Anaïs Tâcheau, 31 ans et Julien Grall, 34 ans, la soeur et le frère, comme Luke et Leïla. Ils sont accompagnés de 4 professeurs et comptent désormais une quinzaine d'adhérents. Mais tous ne sont pas des passionnés de la licence Star Wars. "Je ne suis pas du tout fan de Star Wars. Je suis venue là parce que j'ai vu une pub et je me suis dit, "c'est marrant, on va se taper dessus (rires)" et j'ai trop accroché", explique Anaïs, ancienne joueuse de renom de cartes Pokémon. 

 

 

C'est le cas aussi de Sigrid, l'une des professeurs. Elle n'est pas fan de l'univers : "j'aime bien taper (rires). Je suis une grosse barbare, ça se voit aussi quand je fais du jeu de rôle. C'est vraiment le côté enseigner, de faire des cours d'arts martiaux et taper de façon jolie. C'est toute la technique, le fait de s'amuser en groupe, de voir les copains, c'est vraiment ça qui est intéressant". 

 

Un savant mélange entre l'univers (la force) et le sport (le côté obscur)

 

C'est vrai que quand on arrive, la musique prend rapidement aux tripes, et avec le bruit des sabres (oui parce qu'ils font du bruit), on s'attend rapidement à voir débouler une bande fans déguisés en Jedis, prêts à repousser les tirs de pistolet-blasters d'une armée de stormstroopers de l'Empire. Mais on est bien là pour faire du sport. Xavier, est étudiant, fan de l'univers Star Wars, il voulait retrouver une activité physique : "je suis sorti de la première séance avec un front en sueur. Au mouvement des épaules, juste une rotation ça tire dans tout le bras et revenir en arrière, ça tire dans toute l'épaule. L'échauffement est important". 

Ici, vous n'apprendrez pas à maîtriser la force pour faire bouger des objets. C'est plutôt un savant mélange entre les arts martiaux et l'escrime, "on tape dans les zones de gras et de muscles, sans pointes dans le corps [...] on apprend à manier le sabre à deux mains et une main", explique Sigrid. Alors un coup de Sabre laser ne tue pas, mais ça peut faire très mal, "il y a des règles à respecter et de la sécurité. Nos armes sont dangereuses. Les lames sont très solides, c'est du polycarbonate comme les matraques des CRS donc ça fait mal. Si quelque chose se brise, c'est pas la lame, c'est l'os", avertit Anaïs Tâcheau. 

 

Ce passionné de Star Wars vient incognito pratiquer le sabre laser
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Dans le cours, un homme discret de 57 ans. Il préfère rester anonyme. Ce cadre d'une entreprise angevine s'est inscrit cette année, c'est un vrai passionné de Star Wars : "je suis un fan et les cours de sabre sont en adéquation avec l'univers, c'est ce qui me plaît. J'étais venu chercher un encadrement social autour de Star Wars. Même si on n'est pas passionné, on est vite pris au jeu du sabre". Ici, c'est un peu comme son jardin secret. Il troque ses habits de bureau pour son sabre laser qu'il a acheté 200 euros sur un site spécialisé : "je l'ai acheté avant d'intégrer ce club. Ils m'ont bien conseillé donc je suis très content"

 

Une partie chorégraphie qui plaît

 

Très souvent, l'association est sollicitée pour réaliser des chorégraphies. C'est le cas à l'Angers Geek Fest où ils viennent déguisé, équipés de leur sabre pour animer le festival, "on peut s'inspirer des chorégraphie réelles des films, soit de notre imaginaire. On va préparer des choses plus fluides, plus dynamiques", confie Anaïs.  

 

Anjou Sabet initiation_05 11 21_AVC
Pendant une heure, les adhérents apprennent à manier le sabre
Crédit: Alexis Vellayoudom

Si vous voulez manier le sabre laser avec Anjou Saber, c'est tous les jeudis de 20h30 à 22h à la salle omnisports de la Roseraie à Angers. La séance est à 10€, 30 euros pour 4 séances et la licence à 250 € pour l’année. Informations sur la page Facebook d'Anjou Saber. Les cours sont adaptés à tous les publics et sont accessibles à partir de 14 ans (les enfants pendant les vacances scolaires). Que la force soit avec vous !