Accès aux soins : les médecins généralistes appelés à manifester ce mardi

Maine et LoireMayenne

Presque tous les cabinets médicaux de la Mayenne seront fermés demain, annonce le syndicat Les Généralistes-CSMF. Les médecins généralistes libéraux sont appelés à une journée de grève et de mobilisation en marge de l'examen de la loi Rist au Sénat.

13 février 2023 à 10h25 par Coralie Juret

panneau porte fermée_13 02 23_BGStock72 - Envato elements
Crédit : Illustration - BGStock72 / Envato elements

Après la fermeture de leurs cabinets médicaux les 1e et 2 décembre dernier, et alors que leur grève de la permanence des soins démarrée le 19 janvier se poursuit, les médecins généralistes montent à Paris demain. Ce mardi 14 février, le Sénat démarre l'examen de la loi Rist, qui prévoit entre autres la possibilité de réquisitionner les généralistes pour pallier au manque d'urgentistes à l'hôpital.

 

Une dégradation à venir de la qualité des soins

 

Dans le viseur également du syndicat présidé par le Dr Luc Dusquesnel, médecin à Mayenne, les projets de loi Mesnier, et Garot. Le député socialiste de la circonscription lavalloise et son collègue centriste du Nord-Mayenne proposent, avec un groupe transpartisan de réguler l'installation des médecins. "Des contraintes qui vont aggraver les problèmes d’accès aux soins par des départs anticipés à la retraite et par un nombre important de futurs médecins qui refusent de devenir médecin traitant", s'inquiète la CSMF. 

 

Manifestation à Paris

 

La quasi-totalité des cabinets médicaux mayennais seront fermés ce mardi, annonce déjà le Dr Duquesnel. Pour l'attractivité de leur métier et l'amélioration de l'accès aux soins, les médecins libéraux de la CSMF réclament une consultation de base à 30€ et une hiérarchisation des consultations qui prend en compte leur niveau de complexité. Avec une convention médicale qui revalorise de 1,50€ leurs consultations, le tarif fixé à 25€ en 2016 "ne permettra pas de prendre en charge toutes les demandes de soins des Français grâce, entre autres, à l'embauche d'assistants médicaux".