Angers. Au lycée Mongazon, un syndicat s'inquiète de dérives autour de l'identité sexuelle

Maine et Loire

Ce vendredi 2 février, l'ensemble scolaire Mongazon organise une journée pédagogique sur l'identité sexuelle. La FEP-CFDT s'interroge sur la pertinence de cette journée et la condamne.

2 février 2024 à 14h07 - Modifié : 2 février 2024 à 14h08 par Alexis Vellayoudom

Lycée Mongazon Angers_02 02 24_Capture d'image Street view
L'ensemble scolaire Mongazon à Angers
Crédit : Capture d'image Street view

C'est une journée pédagogique qui fait débat dans l’ensemble scolaire privé Mongazon à Angers. Ce vendredi, l'ensemble scolaire consacre une journée à la question L’identité sexuelle, quelle réalité, quel accompagnement dans la dysphorie de genre. Le syndicat FEP-CFDTP s'inquiète de certaines dérives. "Les professeurs s’interrogent sur la pertinence d’une telle journée et l’obsession dans certains établissements catholiques pour ces questions de genre. Cette question relève de la vie privée des élèves et de leur famille". 

 

Pas de place à la contradiction

 

Le syndicat condamne l'organisation d'une telle journée. Selon lui, "elle n’a lieu que pour satisfaire une minorité de parents qui remettent en cause les programmes nationaux". Parmi les invités, on retrouve Aude Mirkovic, juriste, connue pour ses idées conservatrices sur les sujets de la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée, mais aussi René Ecochard, docteur en médecine et auteur du livre Homme, Femme... Ce que nous disent les neurosciences, qui défend l'idée d'une identité construite dès la naissance. "Des intervenants ne laissant pas de place à la contradiction", pointe de son côté le syndicat. 

La FEP-CFDT demande au rectorat de contrôler l'utilisation des fonds publics dans ces établissements.