Angers : la maternité du CHU inondée, la prise en charge se poursuit "sans aucune contrainte"

Maine et Loire 

Une canalisation d'eau s'est rompue la nuit dernière dans la partie ancienne du bâtiment, rendant inutilisables trois salles d'opération gynécologiques qui n'étaient pas en service.

inondation maternité archives sous-sol_08 04 21_C Jouannet CHU Angers
Les archives au sous-sol du CHU d'Angers n'ont pas été endommagées par l'inondation ce jeudi 8 avril
Crédit: C. Jouannet / CHU Angers

9 avril 2021 à 16h05 par Coralie Juret

"La césarienne en cours s'est poursuivie". Les mots du chef de service se veulent rassurant après le sinistre qui a touché la maternité du CHU d’Angers la nuit dernière : une canalisation d’eau froide s’est rompue au-dessus du bloc opératoire dans la partie rénovée en 1998.


"Une nuit de forte activité"


Des dégâts sans conséquences heureusement pour les patientes et leurs bébés, trois césariennes et deux hémorragies de la délivrance ont toutes été "prises en charge sans aucune contrainte", indique encore le Professeur Descamp. C'est une alarme incendie qui a alerté le personnel à 22h40. L’eau s’est infiltrée dans les trois salles d’opération de gynécologie, les deux salles d’obstétrique situées plus loin n’ont pas été touchées. La Clinique de l’Anjou avait été sollicitée pour réorienter des patientes mais aucun transfert n’a été nécessaire. En chambre, les patientes ont seulement subi une brève coupure d’eau, pendant laquelle elles ont reçu des bouteilles d'eau.

Les locaux inondés sur 400 m² et trois niveaux jusqu'au sous-sol, ont été mis en sécurité dès 3h du matin avec l’aide des pompiers, une vingtaine de personnels et un technicien extérieur. L’eau est désormais évacuée. "Un aléa de construction ou de matériel" est probablement à l’origine de cet incident selon le CHU, qui souligne que le bâtiment rénové était régulièrement entretenu.


Pas de changement pour les patientes


L’activité obstétrique se poursuit comme d’habitude, la prise en charge des urgences gynécologiques et chirurgies réglées (hystérectomie, cancers gynécologiques...) est maintenue et va être ventilée sur d’autres blocs opératoires qui seront aménagés.