Angers Sco. Alexandre Dujeux "anticipe un éventuel départ" de Jean-Mattéo Bahoya

Maine et LoireSports

Jean-Mattéo Bahoya est un joueur convoité dans ce mercato d'hiver. Pisté en Allemagne par l’Eintracht Francfort ou en France par le RC Strasbourg, la pépite angevine pourrait bien quitter la Ligue 2 cet hiver.

23 janvier 2024 à 11h28 par Cyprien Legeay

Jean-Mattéo Bahoya pourrait quitter Angers Sco cet hiver.
Jean-Mattéo Bahoya pourrait quitter Angers Sco cet hiver.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

Après une demi-saison réussie en Ligue 2, Jean-Mattéo Bahoya a forcément tapé dans l'œil de plusieurs clubs. En France, avec le RC Strasbourg, mais aussi à l'étranger, notamment en Allemagne, où l'Eintracht Francfort a déjà fait une offre. Dans cette période de mercato hivernal, l'entraîneur d'Angers Sco Alexandre Dujeux a affirmé qu'il se préparait "à toutes les possibilités".

À court terme, Jean-Mattéo Bahoya sera sur le banc ce mardi soir pour affronter QRM. Mais à moyen terme et jusqu'à la fermeture du mercato hivernal, son avenir est plus incertain. La piste du RC Strasbourg révélée par Ouest-France a pris de l'épaisseur, le club alsacien souhaitant miser sur des jeunes joueurs à potentiel. "Ce sont les impondérables du football de haut-niveau, assume Alexandre Dujeux. Aujourd'hui, il est encore avec nous, on met à part la situation. On verra si dans les jours qui viennent, c'est toujours le cas. Mais surtout, c'est d'anticiper un éventuel départ (sic)."

 

"C'est un atout évident pour nous"

 

En évoluant dans l'anti-chambre du football français, Angers Sco sait qu'il peut être attaqué plus facilement. Une offre d'environ 8 millions d'euros est déjà arrivée en provenance de Francfort selon L'Équipe. "Quand on est un club d'un niveau moindre par rapport à de plus grosses cylindrées et qu'on a des joueurs de talent, on s'expose toujours à ça", dit Alexandre Dujeux.

Pour autant, pas d'inquiétudes pour les dirigeants angevins. "Je n'ai pas envie de me plaindre, il faudra trouver les ajustements s'il devait partir, lâche le technicien scoïste. S'il reste, on sera content car c'est un atout évident pour nous. Ce sont toujours des problématiques supplémentaires, mais ça fait partie du métier, de la vie des clubs."