Angers Sco retrouve sa solidité face à l'OM

Sports 

Le Sco recevait l'Olympique de Marseille ce mercredi 22 septembre pour la 7e journée de Ligue 1. Avec quatre nouveaux titulaires au coup d'envoi, l'équipe de Gérald Baticle s'est montrée solide et empoche un bon point (0-0). Après le coup de sifflet final, des supporters marseillais ont envahi la pelouse et une bagarre générale a éclaté avec des supporters angevins.

Sco-OM
Le stade Raymond-Kopa a fait le plein pour ce match face à l'OM
Crédit: Charles Dubré-Beduneau

23 septembre 2021 - Modifié : 23 septembre 2021 par Charles Dubré-Beduneau

Ce sont des images qui commencent à devenir malheureusement banales en Ligue 1: plusieurs minutes après la fin de la rencontre au stade Raymond-Kopa, des membres du kop marseillais ont quitté leur parcage (à l'extrémité de la tribune Coubertin), sont descendus sur la pelouse et sont allés en découdre avec leurs homologues angevins qui se trouvaient juste à côté, malgré les appels au calme du speaker. Les quelques agents de sécurité ont vite été dépassés. Tout est rentré dans l'ordre au bout de dix minutes mais on a frôlé le drame. Des provocations et des jets de pétards (de part et d'autre) seraient à l'origine de ces incidents. Pour rappel, environ 500 supporters de l’OM étaient présents. Avant la rencontre, le club phocéen aurait pointé un manque de sécurité en bas du parcage rendant la pelouse trop facilement accessible. Alors que les incidents en tribunes se multiplient depuis le début de saison en Ligue 1, notamment lors des derbys Lens-Lille et Nice-Marseille, le cas angevin risque à son tour d’entraîner une réaction de la commission de discipline de la Ligue, et de probables sanctions. "Il y a eu des provocations de la tribune angevine avec des doigts d'honneur et des pétards qui ont été envoyés du kop angevin vers les Marseillais qui ont répondu. C'est un schéma classique et stupide, d'un côté comme de l'autre. Mais je ne veux accuser personne. Personne n'a à répondre quand il est provoqué et personne n'a à provoquer. Je ressens une grande tristesse face à la stupidité de ceux qui peuvent commettre de tels actes. Ce n'est pas acceptable. Pas un stade, pas une équipe n'y échappe en ce moment. C'est une responsabilité collective", a déclaré vers 23h30 Jacques Cardoze, le directeur de la communication de l'OM, aux journalistes qui attendaient la conférence de presse d'après-match. Le Sco n'a pas souhaité réagir à chaud à ces incidents. 

 

Bernardoni impérial, premières minutes prometteuses pour Brahimi 

Rien ne laissait pourtant présager de tels actes. Le match s'était déroulé sans incident, dans un stade à guichets fermés (12 500 spectateurs) et dans une belle ambiance. Comme prévu, Gérald Baticle avait fait tourner avec quatre changements dans son onze de départ: Stéphane Bahoken, Pierrick Capelle, Azzedine Ounahi et Enzo Ebosse étaient ainsi titularisés pour la première fois de la saison. Ces changements portaient leurs fruits puisque le Sco se montrait beaucoup plus agressif que dimanche face à Nantes, Ounahi grattant notamment quelques ballons. Dans un match plutôt fermé, les occasions se faisaient rares. À la 13e minute, Paul Bernardoni réalisait un premier arrêt décisif alors que Luis Henrique était parti seul dans le dos de la défense angevine. En deuxième mi-temps, le Sco prenait la possession du ballon. Jimmy Cabot faisait très mal aux Marseillais, privés de Payet, dans son couloir droit mais les Angevins manquaient toujours de justesse dans le dernier geste. À la 70e minute, Gérald Baticle décidait de sortir Angelo Fulgini et de lancer Billal Brahimi dans le grand bain de la Ligue 1. Les Marseillais se créaient une belle occasion mais Dieng butait une nouvelle fois sur un Bernardoni impérial (82e). Brahimi était ensuite lancé par Mangani dans la profondeur mais sa frappe du pied gauche manquait le cadre (87e). Seulement quelques minutes plus tard, Brahimi, toujours lui, réalisait un superbe débordement dans le couloir gauche en résistant à son vis-à-vis avant de servir Mohamed-Ali Cho (rentré à la place de Bahoken) dans la surface, qui manquait la balle de match. L'OM reste donc invaincu mais de son côté le Sco se rassure après sa défaite dans le derby face à Nantes et prend un bon point face à l'une des équipes en forme de ce début de championnat. 

Gérald Baticle était satisfait de la prestation de ses joueurs: "Il fallait rebondir après le match de dimanche mais la tâche n'était pas facile face à une équipe de Marseille très performante. La clé était d'être dense et compact pour les contenir puis d'éclater et de mettre de la qualité dans le jeu. C'est ce qu'on a fait, on a eu la possibilité de leur faire mal, on a espéré jusqu'au bout. On a été de mieux en mieux au fil du match. On était un peu timide en première mi-temps, puis on a fait une deuxième mi-temps plus explosive, même si on a encore manqué de justesse et de détermination dans les appels. Paul a fait les arrêts qu'il fallait pour nous garder dans le match. Les changements ont amené de la fraîcheur, c'est important dans une semaine à trois matchs. Ce match est plein de bons enseignements. Je n'ai pas vu les incidents mais le rectangle est sacré, il est réservé aux joueurs, aux staff. Il doit être protégé par les institutions. Billal Brahimi ? Il a fait une rentrée dans une position offensive. Il a pris des espaces dans le couloir gauche avec notamment un beau débordement et un centre intéressant pour Mohamed-Ali Cho. Il est jeune, il doit encore travailler mais il a bien appliqué ce qu'on lui avait demandé. "

"On a fait beaucoup d'efforts face à une équipe d'Angers qui a bien défendu, avec un bloc bas et dense comme on s'y attendait. Angers nous a compliqué la tâche, c’est pour ça qu’on n’a pas eu le volume et le rendement que nous avons habituellement", a de son côté reconnu l'entraîneur olympien, Jorge Sampaoli