Angers Sco. Un seul absent pour un déplacement "difficile" à Ajaccio

Maine et LoireSports

En pleine confiance, Angers Sco se déplace, sans Nadje, à Ajaccio, encore invaincue à domicile. Un retour pour Alexandre Dujeux et l'envie d'enchaîner pour Yan Valéry.

30 novembre 2023 à 18h27 - Modifié : 1er décembre 2023 à 12h36 par Alexis Vellayoudom

Angers Sco - Bordeaux_22 10 23_Nicolas Geslin
Yann Valéry monte en puissance au sein d'Angers Sco
Crédit : Nicolas Geslin

C'est presque un retour à la maison pour Alexandre Dujeux. Ce samedi 2 décembre, Angers SCO se déplace à Ajaccio pour la 16ème journée de Ligue 2. Un club où le coach angevin a passé deux saisons sur le terrain (70 matchs sous les couleurs de l'ACA) et six en tant qu'adjoint d'Olivier Pantaloni, l'actuel coach acéiste. "Content de retourner à Ajaccio, c'est un endroit où j'ai passé du temps et que j'adore. C'est un club qui m'est cher, qui m'a appris beaucoup et où j'ai pris beaucoup de plaisir. J'ai toujours été très bien accueilli", confie Alexandre Dujeux. 

 

Être plus solide défensivement 

 

En Corse, les Scoistes devront faire sans Guédé Nadje, toujours forfait. Marius Courcoul, revenu malade de sélection, et Yacine Gaya sont en réathlétisation. Le technicien angevin s'attend à un match difficile chez une équipe encore invaincue à domicile, "ils ont une discipline collective et un vécu important". Un vrai test pour le dauphin du championnat dont les matchs à l'extérieur sont bien souvent plus compliqués ( ndlr : 10 pts pris sur 21 et 12 buts encaissés sur le total de 14). "On doit être plus solide et plus équilibré à la perte du ballon. On doit mieux lire les matchs, être plus patient, ne pas toujours jouer à 200 à l'heure", analyse Alexandre Dujeux.

 

Observations confirmées par le latéral droit Yan Valéry : "on doit être plus solide défensivement à l'extérieur. On n'a pas plus de pression ou peur, loin de là. C'est le football. Après, quand on se déplace, on sait que les conditions de jeu sont différentes et qu'on va pas pouvoir proposer le même football qu'à domicile". Cela devrait être le cas à Ajaccio, sur un terrain toujours compliqué à négocier. Au stade François Coty, le SCO devra donc assumer son rôle de favori, même si Alexandre Dujeux préfère laisser le costume de côté : "est-ce qu'on était parmi les favoris au début de saison ? Je ne suis pas sûr. Ca avait été tellement dur depuis 18 mois qu'on s'est construit dans la difficulté. Notre parcours nous donne de l'humilité". 

 

"Je ne suis pas encore à mon meilleur niveau" - Yan Valéry, l'homme en forme

 

Son grand-pont, sur l'ouverture de score de Loïs Diony, témoigne de la grande assurance et confiance dont fait preuve, en ce moment, Yan Valéry. Après plusieurs saisons difficiles, le joueur, arrivé de Southampton à l'été 2022, retrouve des couleurs dans son couloir droit : "si je peux être décisif, ça fait plaisir. La confiance, ça change les joueurs de foot. C'est ça que les gens ne comprennent pas. Parfois, un joueur qu'est mauvais, c'est juste une question de confiance. J'ai pas réfléchi, c'est venu comme ça et après avec Loïs, on se comprend un peu mieux. Je ne suis pas à mon meilleur niveau après, je sais que je peux faire et ce que je dois faire donc j'en veux plus de ma part". 

 

L'international tunisien aura l'occasion de le montrer sur les prochaines rencontres. Angers SCO recevra Grenoble, un interlude Coupe de France au Plessis-Robinson, avant d'enchaîner Troyes et Guingamp puis de démarrer l'année 2024 contre les grosses écuries du championnat, "on va affronter des équipes qui jouent comme nous la montée ou les play-off. On va jouer des grosses équipes. Ca va pas être facile", confie Yan Valéry. Mais les Scoistes étonnent depuis plusieurs matchs, "je suis surpris car souvent on sait que quand on descend de Ligue 1, c'est pas facile. En début de saison, on avait effectif jeune avec des nouveaux joueurs, il y avait un temps pour s'adapter. Ca a bien pris". Une humilité qui servira jusqu'à la fin de saison.