Anjou Bleu. Augmentation des impôts : "n’assommez pas les contribuables", alerte l'Atelier noyantais

Maine et Loire 

22 février 2022 à 16h48 - Modifié : 22 février 2022 à 17h05 par Alexis Vellayoudom

Segré-en-Anjou-Bleu et Anjou Bleu Communauté souhaitent augmenter l'impôt sur le foncier. L'Atelier noyantais s'interroge sur la justification de ces mesures.

OXYGENE RADIO

"Stop à l'augmentation des impôts locaux !", c'est l'intitulé du communiqué envoyé par l'Atelier noyantais. Le collectif de gauche, par la voix de son porte-parole Jean-Yves Dumont, réagit et s'interroge sur les dernières annonces de Segré-en-Anjou-Bleu et Anjou Bleu Communauté. L'une prévoit d'augmenter son taux d'imposition sur le bâti et le non bâti, l'autre de créer un impôt sur le foncier, "la double peine" pour l'Atelier noyantais.   

 

La crise Covid-19 a fragilisé les finances de Segré-en-Anjou-Bleu

 

Au Conseil municipal de Segré-en-Anjou-Bleu, c'est l'une des principales raisons invoquée pour justifier cette demande d'augmentation du taux d'imposition sur le foncier bâti et non bâti, le coût de la crise sanitaire. Selon les chiffres, les dépenses liées à la Covid-19 s'élevaient à 1,3 million d'euros dont 281 000 € pour le centre de vaccination, 875 000 € de pertes produits des recettes ou encore 155 000 € de subvention pour la fermeture de la piscine, "considérant, d'une part, le coût de la crise Covid-19 supporté par la commune associé à une hausse des prix importantes, et, d'autre part, les incertitudes concernant le versement des dotations de l'État, il sera proposé de procéder à une hausse des taux d'imposition foncier afin de procurer un produit fiscal supplémentaire de 200 000 à 300 000 euros dès 2022", peut-on lire lors du Conseil municipal du 20 janvier. Cette taxe concerne uniquement les propriétaires, mais la situation pourrait aussi forcer la commune à revoir à la baisse le montant des investissements programmés sur les prochaines années. 

Dans son communiqué, l'Atelier noyantais formule 5 questions aux élus dont 4 concernent directement la commune de Segré-en-Anjou-Bleu : "La situation financière de la commune de Segré en Anjou Bleu justifie-t-elle vraiment cette double peine ? ; La situation financière de la commune de Segré-en-Anjou-Bleu ne peut-elle pas être aussi raisonnable et vertueuse que les communes voisines ? ; À quel moment, les responsables des finances de la commune se sont-ils trompés ? ; Ne pensez-vous pas qu'il serait plus juste et plus raisonnable de chercher d'autres solutions ?".

L'Atelier noyantais évoque notamment le fait que toutes les communes ont subi cette crise : "beaucoup d'entre elles n'augmenteront pas leurs impôts". Le collectif revient aussi sur l'origine de la création de la commune nouvelle, "il y a 5 ans, la commune nouvelle a été créée pour des raisons financières : cela devait permettre de faire des économies de fonctionnement. On nous annonce maintenant que les dépenses de fonctionnement, et en particulier les frais de personnel, sont en train d'exploser alors que les salaires de la fonction publique sont bloqués depuis 5 ans [...] un autre effet pervers de la commune nouvelle est que les impôts augmenteront uniformément dans les 15 communes déléguées. Or dans un certain nombre de nos communes historiques, rien ne justifie une telle augmentation", peut-on lire.

 

Une incertitude financière à Anjou Bleu Communauté

 

Du côté de la Communauté de communes, la situation financière "se dégrade" selon les élus. En Conseil communautaire, les élus ont évoqué la mise en place d'un impôt foncier sur le bâti à 2 %. L'objectif étant de récupérer 600 000 euros a précisé Gilles Grimaud, le président d'ABC. 

L'Atelier noyantais s'interroge : "en cumulant une augmentation des impôts avec cette nouvelle taxe, ne craignez-vous pas d’assommer les contribuables Segréens dans une période ou de plus en plus de personnes ont des difficultés de pouvoir d'achat ?".

Rappelons que Jean-Yves Dumont, porte-parole de l'Atelier noyantais, est un ancien élu de Noyant-la-Gravoyère puis de la commune nouvelle. Non-réélu en 2020, il a été suppléant sur la liste de rassemblement de la gauche et de l'écologie lors des départementales. 

Lors des votes en Conseil communautaire, le 22 mars et en Conseil municipal, le 24 février, l'Atelier Noyantais appelle les élus à voter "contre". Le collectif invite les Segréens à soutenir sa démarche par mail à ateliernoyantais@gmail.com