Bouhazama, fin de saison d'Angers SCO... Le Magic Scop livre ses vérités

Maine et LoireSports

10 décembre 2022 à 0h09 - Modifié : 10 décembre 2022 à 0h16 par Lemaître Clément

Alors qu'Angers SCO est dernier de Ligue 1, à cinq points du premier non-relégable (Brest), le président du Magic Scop, Grégoire Bourget, croit au redressement du club de l'Anjou et à son entraîneur intérimaire Abdel Bouhazama.

Angers SCO
Angers SCO renonce à lancer sa campagne d'abonnements pour la saison 2021-2022
Crédit: Charles Dubré-Beduneau
Battu ce vendredi en amical contre l'Union Saint-Gilloise (2-3), Angers SCO retrouvera les terrains de L1 le mercredi 28 décembre sur la pelouse de l'AC Ajaccio. Même si le club de l'Anjou est lanterne rouge, à cinq points du premier non-relégable (Brest), le président du Magic Scop ne veut pas céder à la panique pour la fin de la saison.
 
"On a quand même de l'inquiétude mais on a rencontré le club et le staff (ndlr : à la mi-novembre avec les autres groupes de supporters). Ils se sont exprimés, nous ont montré qu'il y avait une envie de se maintenir et que tout allait être mis en place pour cela avec notamment le départ de Gérald Baticle, a confié Grégoire Bourget. Après, on verra si des choses vont être faites au mercato. Il faut que tout le monde se donne à fond lors de la deuxième partie de saison. Nous, on va continuer d'être derrière eux pour les soutenir. On veut le maintien et on va l'obtenir... sûrement lors du dernier match de la saison à Nantes (rires)." Également présents lors de cette réunion avec le président Saïd Chabane, les responsables du Kop de la Butte et de la Brigade Ouest n'ont pas souhaité répondre à nos questions.
 
Bouhazama ? Je pense qu'on peut lui faire confiance

Après la mise à l'écart de Gérald Baticle, Abdel Bouhazama, qui était entraîneur de la réserve depuis neuf ans, va assurer l'intérim. "Je pense qu'on peut lui faire confiance, a estimé le président du Magic Scop. Il connaît les jeunes qui sont désormais dans l'équipe professionnelle. Il peut peut-être apporter quelque chose car il a obtenu de bons résultats avec les jeunes."

 

Le 18 octobre dernier, Ouest-France publiait une enquête sur les "méthodes de management jugées trop brusques" d'Abdel Bouhazama. "On sait comment il travaille, mais après il n'y a jamais rien eu (ndlr : de plainte) de déposé, indique Grégoire Bourget. Après, il a son caractère, c'est vrai." Après la trêve, Angers SCO aura 23 journées devant lui pour sortir la tête de l'eau.