Bourg d'Iré. Objectif Salon de l'Agriculture pour la vache Objective !

Maine et Loire 

25 février 2022 à 11h34 par Alexis Vellayoudom

Matthieu Cadeau, producteur de lait au Bourg d'Iré, emmène sa vache Objective à Paris pour participer au concours de la race de vache Simmental.

Objective Salon Agriculture_24 02 22_AVC
Objective participera au concours de la race de vache Simmental
Crédit: Alexis Vellayoudom

Objective représentera l'Anjou Bleu au Salon de l'Agriculture ! Ce matin, la vache de Matthieu Cadeau prend la direction de Paris pour participer au concours de la race Simmental.

 

Objective participe au concours de la race Simmental au Salon de l'Agriculture
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Plusieurs célébrités dans sa ferme

 

"Pour son âge, elle a un bon développement. Elle est très éclatée sur le devant. Elle est assez grande. Au niveau du bassin, elle est très bien faite. Elle a une excellente attache arrière et de très bonnes pattes pour se déplacer", Matthieu Cadeau dresse le portrait d'Objective, une vache d'un marron très clair, tâchée de blanc. Née le 29 août 2018, elle a déjà eu deux veaux. Objective restera 10 jours dans le Salon et concourra ce mardi dans la race Simmental, "c'est une race assez rare dans l'ouest. Elle originaire de la Vallée de la Simme en Suisse et installée dans l'est de la France. Elle offre une belle complémentarité entre production de lait et de viande", explique le producteur de lait. Matthieu travaille encore sur le dressage, notamment pour la faire marcher.

 

Concours Simmental_24 02 22_AVC
Matthieu Cadeau est un habitué des concours
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

L'agriculteur, qui est entré sur l'exploitation familiale en 2007, participe à sa 6ème édition du Salon de l'Agriculture, "au début, la première année, c'était la consécration de notre travail. Petit à petit, c'est aussi une famille qu'on retrouve tous les ans avec des gens qu'on revoit une fois par an". Sa première année est ponctuée d'anecdotes comme au départ vers Paris avec sa vache Idéal, encore présente sur l'exploitation, "on s'arrêtait près de la quatre voies auprès d'Atoll à Angers et quand il a fallu décharger l'animal, elle s'est mise à courir à une heure du matin, près de la voie d'accélération et par chance, je ne l'ai pas lâchée et elle s'est arrêtée. On a été pris pour des rigolos parmi les autres races". 

L'éleveur possède 200 bovins dont une soixantaine de vaches laitières en production biologique, mais aussi des chèvres, des lamas, des cochons et un poulailler. Il a aussi quelques célébrités dans sa ferme. Délicieuse, est la vache de la race Simmental qui a produit le plus de lait en France. Autre fierté, Pépère, un mâle, qui a son actif 800 inséminations, c'est d'ailleurs le neveu d'Objective. Matthieu Cadeau vend en général 10 à 15 mâles pour la reproduction et les autres pour de la viande. 

 

Le Salon de l'Agriculture accueille la présidentielle

 

Ce salon, c'est avant tout une vitrine pour l'agriculture et le moyen d'aller à la rencontre des Parisiens. Matthieu se souvient d'une image qui l'a marquée : "une mamie, une vraie Parisienne, un peu bourgeoise qui m'a tapé dans le dos en disant, "vous en avez pas marre d'être pris pour des rigolos, vous êtes sous-payées, vous travaillez tous les week-ends" et c'était une période compliquée où on gagnait pas beaucoup notre vie, ça me met quelques frissons dans le dos". Aujourd'hui, Matthieu et sa femme Anne-Laure se portent mieux. Ils possèdent 134 hectares et ont  pour projet de créer un gîte dans l'ancienne salle de traite, "on a plein d'idées. Anne-Laure a passé un CAP pâtisserie pour peut-être proposer à manger. Avec notre petite production de cochons, on vend en local, ça marche bien", explique le couple.

 

Matthieu Cadeau n'attend rien du passages des candidats à la présidentielle
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Des initiatives personnelles, car Matthieu n'attend rien des politiques. Des candidats à la présidentielle, il risque d'en voir au Salon de l'Agriculture. Ils se succéderont pour faire leurs propositions sur l'agriculture, "il est peu tard pour se réveiller. Malheureusement, l'agriculture ne fait plus partie des enjeux politiques. Quoi, il y a peut-être un moment où on va se réveiller et les enjeux seront dépassés, notamment l'entretien du territoire, l'élevage. J'ai la crainte de ne plus trouver personne, d'avoir de moins en moins d'animaux quand on va se balader. Il y a plein d'élevages qui disparaissent. On est un peu démuni face à ça", confie Matthieu. Pour lui, l'idéal est d'ouvrir sa ferme aux scolaires et aux familles pour faire connaître son métier et susciter des vocations.

En attendant, place au concours dont le résultat sera connu mardi !