Candé. Une situation financière "fortement fragilisée" selon la Chambre régionale des comptes

Maine et Loire 

20 décembre 2021 à 12h45 par Alexis Vellayoudom

La Chambre régionale des comptes demande à la commune de faire une pause sur ses investissements pour retrouver une situation financière saine.

Mairie Candé_20 12 21_AVC
La mairie de Candé devra faire attention à ses sous
Crédit: Capture d'écran Oxygène Radio

La mairie de Candé va devoir faire attention à ses sous. La Chambre régionale des Comptes a rendu son rapport sur la commune. D'après les conclusions, elle pointe des finances "fragilisées". 

Dans ce rapport qui analyse la santé financière de la commune de 2016 à 2020, le Chambre parle de "fiabilité des comptes très perfectible". Elle pointe notamment l'absence d'une comptabilité d'engagement, "pourtant obligatoire", et une comptabilité de caisse qui "peut fausser le montant des charges et produits annuels, et le calcul des restes à réaliser (RAR) de la section d’investissement pris en compte pour le calcul du résultat de clôture de l’année", peut-on lire. Selon le compte-rendu, la commune n'a pas d'inventaire de ses immobilisations. 

Est également mis en avant la situation du budget annexe "Assainissement", transféré en 2022 à Anjou Bleu Communauté. La Chambre des Comptes commente : "appelle plusieurs observations : exploité en régie, il devrait avoir un compte au Trésor ; l’exploitation annuelle du service est structurellement déficitaire : seuls les reports d’excédents antérieurs équilibrent le service, déficitaire chaque année sinon ; dans cette situation, il existe un risque que la commune ne puisse garder, comme elle le souhaite, les excédents antérieurs lors du transfert à ABC". 

La Chambre pointe aussi une tension budgétaire et financière, "à cause de lourds investissements ayant nécessité un recours à l'emprunt". La Maison de santé est notamment citée. Avec une capacité de désendettement de 14 années en 2019 pour un plafond national de référence à 12, elle conseille une pause des dépenses d’investissements, "mais pas suffisante : la commune doit dégager des marges de manœuvre sur son fonctionnement, et la chambre a identifié des leviers en ce sens, tant au niveau intercommunal, que communal". 

La Chambre régionale des Comptes admet une incidence de la crise sanitaire, mais "l'amélioration soudaine observée en 2020 n'est pas probante", avant de conclure, "la pause ainsi obtenue ne doit pas être consacrée par la commune à de nouvelles dépenses, mais bien plutôt à sécuriser sa situation financière : le maire a indiqué dans sa réponse que le conseil municipal est conscient de cette nécessité, et prévoit le remboursement anticipé et partiel d’emprunt envisagé (0,20 M€) et l’extension du cimetière en 2021, principalement. Une pause de ses investissements, en 2021 au moins, permettrait à la commune de mieux préparer le remboursement des quelque 0,78 M€ d’emprunt qui échoient, a minima, en 2022. Elle doit en outre être très vigilante en ce qui concerne l’excédent de sa section de fonctionnement".