Cap Martinique : arrivée en début de semaine prochaine pour Jacques Amedeo

Maine et LoireSports

20 mai 2022 à 18h45 - Modifié : 20 mai 2022 à 19h12 par Coralie Juret

Le navigateur segréen termine sa dernière semaine de transat Cap Martinique avec Antony Durand sur Handicap International. Le binôme a eu quelques pépins supplémentaires avant son arrivée à Fort de France, probablement dans la nuit de lundi à mardi.

Bateau Handicap International Amedeo Durand Cap Martinique_01 05 22_Jean-Marie Liot - Cap Martinique
Jacques Amedeo et Antony Durand sur Handicap International, au départ de Cap Martinique.
Crédit: Jean-Marie Liot / Cap Martinique

Les vainqueurs de Cap Martinique sont attendus demain samedi 21 mai à Fort de France. Alexandre Ozon mène la flotte des solitaires sur la transat amateurs, le duo Delemazure et Weil sur "Project Rescue Ocean" est actuellement en tête des équipages en double. Sur Handicap International, Jacques Amedeo et Antony Durand ont arrosé les 1000 miles avant l'arrivée la nuit dernière sur Handicap International. “Le matériel souffre, les organismes aussi”, écrit le navigateur segréen et doyen de la course.

 

"La dure loi des 10"

 

Avec son coéquipier Antony Durand, il a recollé au peloton malgré une nouvelle avarie survenue mardi 10 mai sur une voile déjà déchirée après le départ. “J’avais passé 10 heures à réparer le spi, il a tenu 10 minutes. Au niveau des sutures déjà il y avait une faiblesse, au niveau du travail fait par le voilier il y avait peut-être un défaut de conception. Ça nous a beaucoup handicapé ces derniers temps avec un vent à 20 nœuds"

Une avarie qui a coûté du temps à l’équipage d’Handicap International. “Pas grave du tout” pour Jacques Amedeo : on ne s’attendait pas à être classés, on a un bateau beaucoup plus lourd, beaucoup plus ancien que les autres. Je suis le plus âgé de la course, mon coéquipier a déjà 55 ans, ce qui fait qu’on n’est pas du tout dans la même logique”.

Jacques Amedeo "j'ai passé 10 h à réparer, le spi a tenu 10 mn"
Crédit: Coralie Juret

 

"Ça bipait en permanence"

 

À moins d’une semaine de l'arrivée, “l’objectif est atteint à 100%” soufflait Jacques Amedeo lors d’une vacation avec Oxygène Radio lundi 16 mai. Malgré les gros pépins du début de course, “on a pu gérer les problèmes les uns après les autres”, notamment une avarie de pilote automatique au large du Portugal. La télécommande tombée à l'eau et HS, “envoyait des messages régulièrement d'homme à la mer” en bipant. “On court avec les autres bateaux” et l’ambiance est “bon enfant”, se réjouit Jacques Amedeo, qui dit sa “joie d'être sur l'eau sous les couleurs d'Handicap International” pour sa dernière transat, à bientôt 72 ans.

Pour la dernière ligne droite, Jacques Amedeo et Antony Durand ont choisi la route sud, tandis que les quelques nordistes ont été englués dans une zone peu venteuse. Ils ont plus chaud désormais et devraient avoir du vent jusqu'à leur arrivée à Fort de France, probablement dans la nuit de lundi à mardi. Ils sont 17e au classement double de Cap Martinique ce vendredi 20 mai.