Emploi : Anjou Bleu Communauté paie le logement pour aider les entreprises à recruter

Maine et Loire 

Ce dispositif emploi-mobilité-logement est destiné à lever les freins que rencontrent les entreprises du territoire à faire venir de la main d'oeuvre qualifiée pour au moins six mois.

Anjou Bleu Communauté emploi mobilité logement Segré_11 05 21_CJ
Grâce au dispositif d'Anjou Bleu Communauté, Simon Pilet a recruté Charlène Poignant (au centre).
Crédit: CJ

18 mai 2021 à 12h47 - Modifié : 18 mai 2021 à 13h10 par Coralie Juret

C'est un dispositif méconnu, qui peut pourtant faire la différence... Anjou Bleu communauté offre 6 mois de logement aux nouveaux salariés arrivant sur l'arrondissement. Pour en bénéficier, ils doivent signer un CDD ou CDI d'au moins six mois et peuvent éventuellement prétendre à une aide au déménagement avec Action logement services.

Les entreprises segréennes peinent à trouver de la main d'oeuvre qualifiée, mais 10 personnes ont ainsi été recrutées en un an. Et contre toute attente, dans des secteurs d'activité variés explique Hugo Morat, chargé de mission à ABC.

Hugo Morat : "pas mal de jeunes viennent pour leur premier emploi à des postes variés"

Un logement gratuit pendant 6 mois pour tester un emploi dans le Segréen, "c'est un argument concurrentiel" pour attirer de la main d'oeuvre qualifiée dans les entreprises du territoire. En un an, Anjou Bleu Communauté a loué 7 appartements ou pavillons aux bailleurs sociaux Maine et Loire Habitat et Podeliha via l'association Asdepic, pour aider ses entreprises à recruter. 

Le patron d'SP Médiconseil Simon Pilet, a ainsi pu dénicher une orthopédiste-orthésiste, il y a trois semaines. Les candidats sont rares sur le marché et la Sarthoise Charlène Poignant s'est laissée tenter.

Charlène Poignant : "avoir un logement gratuit pendant six mois a contribué à ce que je me lance"

Comme Charlène, ce sont au total 8 salariés et 2 conjoints qui ont bénéficié du dispositif emploi-mobilité-logement en 2020. Hormis une jeune commerciale lavalloise qui venait pour une première expérience, tous sont restés sur le territoire, et deux couples ont même pu conserver leur logement avec un glissement de bail, sous conditions de ressources.

L'enseignement après un an, c'est aussi que ce dispositif créé dans le cadre du label Territoire d'industrie n'a pas été utilisé par les entreprises cibles, ou pas encore, et qu'il reste méconnu. "Il est très simple à activer", assurent Anjou Bleu communauté et l'association Asdepic. Elles espèrent accompagner au moins 15 entreprises cette année.

Renseignements auprès d'Hugo Morat, chargé de développement commerce et artisanat au 07 56 00 19 93 ou hugo.morat@anjoubleucommunaute.fr.