Gouvernement : Christophe Béchu, le maire d'Angers, nommé ministre délégué

Maine et Loire

20 mai 2022 à 18h02 - Modifié : 20 mai 2022 à 19h10 par Alexis Vellayoudom

Après plusieurs années d'attente, le maire d'Angers Christophe Béchu entre au gouvernement. Elisabeth Borne l'a nommé ministre délégué chargé des collectivités territoriales.

Christophe Béchu préfet Ory Angers parc expo_30 03 21_CJ
Christophe Béchu (à gauche) avec le préfet du Maine-et-Loire Pierre Ory en mars 2021 à Angers.
Crédit: CJ

C'est un peu comme le mercato dans le football, des bruits de couloir circulent, des transferts se font, d'autres sont avortés. Pour l'Angevin Christophe Béchu, il lui aura fallu attendre ce 20 mai 2022 et un deuxième mandat d'Emmanuel Macron pour intégrer enfin le gouvernement. La Première Ministre Elisabeth Borne l'a choisi pour le poste de ministre délégué chargé des collectivités territoriales. Le maire d'Angers, un proche de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe et membre de son parti Horizons, fait partie des petits nouveaux du premier gouvernement Borne.

Il se dit honoré ce vendredi après-midi : "Emmanuel Macron, Elisabeth Borne, merci pour cette confiance. Il n’y a pas de plus grand honneur que de servir son pays, ses territoires et ses habitants. J’ai forcément une pensée particulière pour les Angevins, qui ont toujours inspiré mon engagement". 

Une nomination ne l'oblige pas légalement à rendre son fauteuil de maire. Même s'il est probable que Christophe Béchu se mette en retrait, sans trop s'éloigner de la vie municipale en restant conseiller à Angers.

Dans le Segréen, des élus ont déjà réagi à la nomination du maire d'Angers comme ministre.

Ils restent

 

17 ministres composent ce nouveau gouvernement. Parmi les titulaires, Bruno Le Maire garde son ministère de l’Économie, des finances, de la Souveraineté industrielle et numérique. Gérald Darmanin reste à l’Intérieur et Eric Dupont-Moretti, garde des Sceaux au ministère de la Justice. 

 

Ils changent de poste

 

Dans ses nouvelles fonctions, Christophe Béchu sera sous la tutelle d'Amélie de Montchalin. L'ancienne ministre des Fonctions publiques devient ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Comme elle, Brigitte Bourguignon change de portefeuille pour aller au ministère de la Santé et de la Prévention. Olivier Dussopt devient ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion. Marc Fesneau est nommé ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, tandis que Sébastien Lecornu prend le poste de ministre des Armées. 

D'autres proches du Président de la République restent dans l'effectif, comme Clément Beaune en tant que Ministre délégué à l’Europe, Olivier Véran, chargé des relations avec le Parlement, Franck Riester, délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité, et Gabriel Attal aux Comptes Publics.

 

Les arrivées 

 

Et ce nouveau mandat réserve comme à son habitude son lot de nouvelles têtes. L’historien Pap N’Diaye devient le nouveau ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse à la place du contesté Jean-Michel Blanquer, Sylvie Retailleau est nommée à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Amélie Oudéa-Castéra ministre des Sports, des Jeux olympiques et Paralympiques, Stanislas Guérini à la Transformation et de la Fonction publiques et Yael Braun-Pivet, ministre de l’Outre-Mer.

Parmi les surprises, Jean-Yves Le Drian laisse son fauteuil de ministre de l'Europe et des Affaires étrangères à la désormais ex-ambassadrice de la France au Royaume-Unis Catherine Colona. Fin de parcours aussi pour l'Angevine Roselyne Bachelot, remplacée par Rima Abdoul Malak au ministère de la Culture. Enfin, Damien Abad, qui s'est récemment mis en retrait du groupe Les Républicains, est nommé ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.