Handball. Passée au Pôle espoir de Segré, Estelle Nze Minko, championne du monde avec les Bleues

Maine et LoireSports

Pendant des années, les Pôles espoir Masculin et Féminin de Segré ont formé des joueurs et joueuses destinés à devenir les meilleurs. Estelle Nze Minko fait partie de ceux-là.

18 décembre 2023 à 8h53 par Alexis Vellayoudom

Nze Minko Championne du Monde_17 12 23_FFHB
Estelle Nze Minko soulève son deuxième titre de championne du monde
Crédit : FFHB

Ce lundi matin, Segré peut se targuer d'avoir formé une championne du monde de handball ! Hier soir, face à la Norvège, les Bleues ont remporté leur deuxième Championnat du Monde féminin de Handball de leur histoire (31-28). En tête de pont de l'équipe d'Olivier Krumbholz, la capitaine Estelle Nze Minko, 32 ans, passée dans sa jeunesse par le Pôle espoir de Segré. 

 

Une fabrique à championnes

 

Créé en 1981, le Pôle espoir féminin des Pays de la Loire, a d'abord été installé à Segré. Pendant des années, le Lycée Blaise Pascal accueille de futures championnes, Manon Houette, ancienne capitaine de l'équipe de France, Amanda Kolczynski et Estelle Nze Minko, actuelle capitaine des Bleues. La joueuse, née à Saint-Sébastien-sur-Loire, démarre à 12 ans dans le club de Saint-Julien-de-Concelles, dans la métropole nantaise, avant de rejoindre Les Neptunes de Nantes et d'intégrer le Pôle espoir à Segré. Jusqu'à 17 ans, la Nantaise allie, chaque jour, étude et entraînement en Anjou Bleu. Elle signera son premier contrat professionnel au Toulouse Féminin Handball. Ce n'est qu'en 2014, à l'âge de 21 ans qu'Estelle Nze Minko fera ses débuts avec l'équipe de France. La capitaine compte aujourd'hui 153 sélections, une médaille d'Or aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020, un titre de championne d'Europe et désormais deux titres de championnes du Monde. 

 

La fin des pôles espoirs à Segré

 

C'est en 2015 que le grand déménagement s'amorce. D'abord avec le Pôle espoir masculin, lui aussi installé à Segré. Philippe Bana, Directeur technique national de la Fédération française, envoie un courrier où il demande le transfert du Pôle Masculin à Nantes. "Parce qu’il n’y a pas de pôle d’excellence à proximité, ni d’articulation avec le centre de formation d’un club professionnel", justifiait le DTN. Nantes abrite, chez les garçons, le club professionnel du HBC Nantes. Le déménagement est acté en 2016, le Pôle espoir féminin suivra dans les années suivantes. Aujourd'hui, les futures Houette et Nze Minko se perfectionnent au Lycée Nelson Mandela et au collège de Sophie Germain à Nantes.