Inflation : ces boulangers du Segréen expriment leur ras-le-bol à Paris

Maine et LoireMayenne

23 janvier 2023 à 17h21 - Modifié : 23 janvier 2023 à 18h04 par Alexis Vellayoudom

Des centaines de boulangers de toute la France, dont des Segréens, ont manifesté ce lundi à Paris pour dénoncer la flambée des prix de l'énergie et demander un bouclier tarifaire.

Mickaël François - Manifestation Boulanger Paris_23 01 23_DR
Mickaël François et des boulangers du Haut-Anjou ont manifesté à Paris
Crédit: DR

Les boulangers se sentent roulés dans la farine et ils l'ont fait savoir aujourd'hui à Paris. À l'appel de trois collectifs dont celui "pour la survie des boulangeries et de l'artisanat", plusieurs centaines de boulangers et d'aficionados de la baguette se sont élancés de l'est de la capitale pour rejoindre Bercy et le ministère de l'Économie. Parmi eux, des boulangers du Haut-Anjou venus de Segré, Pouancé ou encore la Chapelle-Glain (44). 

 

"Mon apprenti, je lui apprends qu'il va en crever de son métier"

 

Nous avions déjà rencontré Mickaël François lorsque le prix des matières premières grimpait en flèche. Aujourd'hui, le boulanger de la Fournée de Pépé (Segré) est à Paris car ses factures explosent. "Ça va cinq minutes. J'ai doublé mon électricité, de 300 €, je suis passé à 625 €, et j'ai triplé mon fioul, de 600 € par mois, je suis passé à 1 800 €", confie le Segréen. Aujourd'hui, le boulanger est à bout : "c'est même pas humain. À côté, on demande aux ouvriers de travailler 35 heures, je travaille 90 heures pour un peu près 600 € par mois, quand je peux me les sortir. Donnez ça à un ouvrier, vous allez voir comment il va vite se barrer". 

 

Manifestation boulanger Paris_23 01 23_DR
Les centaines de boulangers présents ont fait un sit-in devant Bercy
Crédit: DR

 

Depuis quelques semaines, il a dû prendre des mesures radicales : "de temps en temps, je fais sauter l'URSSAF parce que Macron comme il s'en fout de notre gueule, et bien moi aussi. J'ai viré mon employé. En ce moment, mon apprenti, je lui apprends qu'il va en crever de son métier et puis au mois de juin quand il aura passé son CAP, je ferai mes calculs. Est-ce que je continue de travailler pour la gloire ou est-ce que j'arrête ? Franchement, je suis plus prêt d'arrêter, de me mettre au RSA et toucher tous les petits chèques du gouvernement", s'indigne Mickaël François. 

 

"Un bouclier tarifaire pour tous"

 

Revendication principale du mouvement, le bouclier tarifaire pour tous. La mesure consiste notamment à limiter la hausse des tarifs du gaz et de l'électricité à 15 % pour les ménages et les PME dont les compteurs électriques ne dépassent pas les kilowatts-heure. Ce qui n'est pas le cas de la majorité des boulangeries. 

 

 

Trois membres des collectifs ont été reçus par Pierre de Romanet, conseiller PME auprès de la ministre en charge des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme.