Journée du sport féminin : Anne-Cécile Ciofani, meilleure joueuse du monde et ambassadrice (mayennaise) du rugby à 7

Maine et Loire Mayenne Sports 

24 janvier 2022 à 11h03 - Modifié : 24 janvier 2022 à 11h21 par Simon Lelièvre

Le 24 janvier, c'est la journée mondiale du sport féminin. Pendant 24 heures, plusieurs actions se mettent en place pour sensibiliser à la pratique sportive chez les femmes. Anne-Cécile Ciofani, meilleure joueuse du monde de rugby à 7 vit en Mayenne et participe au développement de sa discipline.

Anne-Cécile Ciofani, meilleure joueuse du monde en rugby à 7.
Anne-Cécile Ciofani, meilleure joueuse du monde en rugby à 7.
Crédit: Simon Lelièvre

18 % : c'est ce que représente le sport féminin à la télévision. Un chiffre en hausse, certes, mais encore bien loin des standards qu'il devrait atteindre. Alors pour tenter d'éduquer, la journée mondiale du sport féminin a été créée en 2014. Une manière de lutter contre la sous-médiatisation et de sensibiliser à la place qu’il peut occuper.

Cette journée peut compter sur certaines ambassadrices, comme Anne-Cécile Ciofani. Arrivée cet été à Laval en même temps que son compagnon Geoffray Durbant, le meilleur buteur du National et du Stade lavallois, elle a tout de suite attiré les regards. Et pour une bonne raison, puisqu'elle est arrivée en Mayenne tout juste auréolée de son titre de vice-championne olympique du rugby à 7.

Depuis, la jeune femme de 28 ans a pris le temps de découvrir sa nouvelle ville. « On est trop bien ici, c'est une ville hyper jolie », se réjouit celle qui a quitté Paris pour une province autrement plus calme. Une tranquillité qui lui permet justement de se reposer après de gros bloc d'entraînements. Quand on l'a rencontré, Anne-Cécile Ciofani rentrait à peine de Marcoussis, le centre d'entraînement de l'équipe de France, et s'envolait quelques heures après pour Séville et un tournoi avec les Bleues.

 

A Laval, la notoriété d'Anne-Cécile Ciofani

 

En Mayenne (et ailleurs), la deuxième meilleure marqueuse d'essais au JO de Tokyo s'est taillée une belle réputation. Au gré de son palmarès, certes, mais aussi de sa simplicité. Très rapidement, elle a côtoyé les jeunes rugbymen qui jouent juste derrière Le Basser, duquel, pendant les rencontres du Stade lavallois, elle zyeutait les entraînements.

Une petite notoriété pour elle mais surtout pour son sport. Elle le voit grandir et se faire connaître peu à peu. « La médaille d'argent aux Jeux Olympique a créé un petit déclic, on espère que cela va prendre de plus en plus d'ampleur, se félicite Anne-Cécile Ciofani. On travaille les unes et les autres, à travers les réseaux sociaux, pour relayer un maximum d'informations. On est toutes impliquées pour le développement de notre sport. »

Anne-Cécile Ciofani, les réseaux sociaux comme outils de sensibilisation

Les réseaux sociaux, une communication de proximité

 

A l'heure de Twitter, Instagram et Facebook, les rapprochements sont plus simples. Ces derniers aident les jeunes filles à se rapprocher de leurs idoles. Ce n'est pas dans tous les sports que l'on peut facilement dialoguer avec la meilleure joueuse de sa discipline. La rugbywoman se fait un devoir de répondre aux messages. « On partage énormément avec les gens qui nous suivent, on tient absolument à être franche et entière avec les personnes qui sont là depuis le début. On se l'impose mais on le fait avec un réel plaisir. »

Les messages, les questions et les réponses varient mais Anne-Cécile Ciofani se fait un devoir de conseiller et sensibiliser. « J'encourage toutes ces jeunes filles, je les conseille au maximum, explique la médaillée d'argent. Même si elles ne vont pas au bout, les valeurs que leur enseigne le rugby pourront leur servir dans la vie de tous les jours. C'est un sport qui sert en-dehors dans tous les cas et c'est sur quoi j'insiste auprès des jeunes filles. »

Une médiatisation encore trop faible... et un tweet bien fort !

Le 9 décembre dernier, quand Anne-Cécile Ciofani a été désignée meilleure joueuse du monde à 7, elle n'a pas pu s'empêcher de lancer une petite pique au quotidien L’Équipe. Une petite punchline, avec un smiley, mais qui voulait dire beaucoup : « Coucou L’Équipe je me demandais si j’avais le droit à une petite place ».

Elle explique son tweet : « Ce que je recherche ce n'est pas une mise en valeur de ma personne car c'est un sport collectif avant tout. Je voulais la valorisation du titre en lui-même, que c'était une première historique pour une Française. Ce que j'ai trouvé dommage, c'est que les médias passent à côté d'une belle opportunité de mettre en avant ce titre. Que ce soit moi ou une autre, c’était quelque chose d'important. J'ai trouvé cela dommage de ne pas en profiter pour faire une Une avec deux français au sommet du rugby mondiale (Antoine Dupont, chez les hommes, a été élu en rugby à XV). Les femmes ont aussi droit à une mise en valeur en fonction des diverses récompenses qu'elles peuvent avoir. »

Alors la meilleure joueuse du monde poursuit son combat, sa quête pour développer le sport qu'elle a appris a aimé à sa majorité. Hier à Laval, aujourd'hui à Séville et demain à Paris, elle ne part jamais sans avoir l'envie de transmettre sa passion.