Le Louroux Béconnais : Sarah est l’un des visages d’une campagne sur le volontariat chez les pompiers

Maine et Loire 

26 avril 2022 à 19h13 - Modifié : 26 avril 2022 à 19h15 par Coralie Juret

Avec trois autres pompiers volontaires des quatre coins du Maine-et-Loire, la jeune pompière Lorétaine a accepté de s’afficher en grand sur les abribus et en vidéo sur les réseaux sociaux pour mettre en valeur l’engagement et susciter de nouvelles vocations.

Sarah Taugourdeau campagne volontariat pompiers SDIS 49_19 04 22_CJ
Sarah Taugourdeau est engagée depuis 11 ans chez les pompiers du Louroux-Béconnais.
Crédit: CJ

Mardi 19 avril, le Conseil départemental dévoilait un visuel géant sur sa rotonde en centre-ville d’Angers, boulevard Foch. “Un lieu symbolique” pour mettre en avant les sapeurs-pompiers volontaires et “les remercier de leur engagement” pendant une quinzaine de jours, en affichant quatre portraits de “vrais” volontaires.

L’un des visages de cette campagne de communication qui se déploie dans tout le Maine et Loire pour promouvoir le volontariat, c’est Sarah Taugourdeau, 23 ans, l'une des huit femmes volontaires au Louroux-Béconnais. Celle qui portait déjà la tenue à la sortie de la maternité, se remémore avec amusement sa maman, est entrée à 13 ans chez les jeunes sapeurs-pompiers (JSP).

 

Reportage - La Lorétaine Sarah Taugourdeau est l'un des visages d'une campagne sur le volontariat
Crédit: Coralie Juret

Et si Sarah Taugourdeau a accepté de jouer les actrices, c'est pour donner envie à d'autres de s'engager. Deux jeunes femmes de son entourage ont déjà suivi ses pas. “C’est toujours intéressant, encore plus d'être une femme, de montrer ce côté-là des pompiers, réagit la jeune femme. Les femmes n’osent peut-être pas mais moi je sais que ça se passe très très bien, on ne fait aucune différence entre un homme ou une femme”Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses, 21,6% chez les volontaires, et font partie des cibles de cette campagne de recrutement. "Ça peut être un plus par rapport au social, estime Sarah. "Rien que quand on fait des interventions en ambulance, des fois les femmes vont vouloir plus facilement parler avec des femmes. Ou peut-être la douceur aussi, des fois on calme la situation…”

Un engagement auquel Sarah consacre au moins la moitié de l'année, sur ses journées de repos. Elle est agent de sécurité avec des journées de 12h. Heureusement, son employeur angevin se montre conciliant quand elle est de garde pour les pompiers du Louroux : “Niveau planning il m'arrange beaucoup, parce que je travaille également de nuit. Je sais que sur mes plannings, il ne me met jamais de nuit quand je suis de garde au niveau de la caserne”

Convaincre les employeurs est aussi un enjeu pour le volontariat. Le Service départemental d’incendie et de secours du Maine-et-Loire (SDIS 49) a d’ailleurs invité les chambres consulaires pour leur présenter ses missions, afin qu’elles soient un relais auprès des acteurs économiques. Une séquence de rencontres entre les maires et la présidente du Département Florence Dabin sera dédiée à l’engagement en septembre prochain pour toucher les collectivités locales, et les inciter à libérer du temps pour leurs agents.

Affiches campagne volontariat pompiers SDIS 49_19 04 22_CJ
Les quatre affiches seront déployées partout dans le département jusqu'à la fin de l'année.
Crédit: CJ

 

Assurer une réponse rapide en milieu rural 

 

Recruter des sapeurs-pompiers volontaires, c’est permettre une plus grande réponse opérationnelle et éviter l'essoufflement des actifs, renforcer les professionnels aussi comme sur le feu de forêt de la Breille les Pins ou l’incendie de Leroy Merlin à l’Atoll d’Angers. 

Et pour assurer des départs en journée, il faut faciliter la disponibilité de ces travailleurs avec différentes conventions, explique Florence Dabin, présidente du Département et du SDIS 49. “C'est faciliter justement par des conventions avec les établissements scolaires, la possibilité que si je suis susceptible de venir chercher mon enfant et que je dois décaler parce que je pars en intervention, ce n'est pas une difficulté, l'école, la périscolaire prend le relais.”

 

Florence Dabin : "si je pars en intervention, l'école ou la périscolaire prend le relais"
Crédit: Coralie Juret

 

La disponibilité en journée, c'est la principale difficulté des centres de secours ruraux souligne le Contrôleur Général Jean-Philippe Rivière. Le directeur départemental des pompiers l'explique par l'évolution de la société : “La désertification du monde rural et le fait également que les personnes ne travaillent plus forcément sur le territoire sur lequel ils résident, fait que nous avons une ambivalence à régler : c’est que les sapeurs-pompiers ne sont plus systématiquement en journée sur le territoire de leur centre de secours. Et donc il faut que nous trouvions des solutions opérationnelles pour garantir dans les délais fixés par nos textes de référence, nos délais d’intervention les plus justes possibles”.

Jean-Philippe Rivière : les pompiers volontaires ne sont plus systématiquement là en journée"
Crédit: Coralie Juret

Et pour répondre en 10-12 mn en ville, et 20-22 mn en campagne, les pompiers volontaires peuvent avoir une double affectation, sur le lieu de résidence et de travail, si l'employeur accepte de libérer du temps. Les engagés peuvent aussi choisir "une mission qui leur ressemble", comme l'affiche la campagne qui vient de démarrer, en ne faisant que du secours à personnes : c'est l'engagement différencié. Avec une centaine de départs en moyenne chaque année chez les volontaires, chacun peut y trouver sa vocation... sans avoir besoin d'être un héros.

 

La campagne de communication 

 

Les portraits des quatre volontaires du Louroux Béconnais, Champs sur Layon, Saumur et Brissac Quincé sont diffusés en vidéo sur les réseaux sociaux du SDIS 49 et du Département. La diffusion des affiches s’étalera jusqu’à la fin de l’année sur les abribus, panneaux lumineux, ou encore bulletins communaux partout en Maine-et-Loire.

Le SDIS 49 compte 2580 volontaires pour 498 professionnels. Ils assurent 40 % des interventions sur le département (39 376 au total en 2021 soit une toutes les 13 mn), principalement du secours à personne (73%).

 Renseignements sur sdis49.fr ou auprès de son centre de secours local.

 

Les pompiers volontaires participant à la campagne devant la rotonde du Département à Angers.
Crédit: CJ