Maine-et-Loire. Plus de 5 000 contrôles et des dizaines d'opérations menées par la gendarmerie

Maine et LoireMayenne

Du 16 au 19 janvier, plus de 800 militaires ont mené des milliers de contrôles et des dizaines d'opérations de lutte contre la délinquance dans le cadre d'un dispositif d'envergure.

19 janvier 2024 à 18h30 - Modifié : 22 janvier 2024 à 9h31 par Alexis Vellayoudom

Opération place nette49_19 01 24_AVC
Plus de 800 militaires ont été mobilisés pendant quatre jours
Crédit : Alexis Vellayoudom

C'est une opération d'envergure, très rare, qui s'est réalisée cette semaine en Maine-et-Loire. Du 16 au 19 janvier, 876 membres des forces de l'ordre ont procédé à des milliers de contrôles et mené des dizaines d'opérations judiciaires sur tout le département. Cette opération intègre le dispositif "place nette", lancé au niveau national au dernier trimestre de l'année 2023 pour lutter en partie contre le trafic de drogue et dont le président de la République Emmanuel Macron a demandé d'accélérer le rythme, à raison de dix opérations chaque semaine, lors de sa conférence de presse à l'Elysée ce 16 janvier. Le Maine-et-Loire avait déposé sa candidature avant les fêtes de fin d'année.  

"L'idée, c'était de traiter deux sujets, apporter une réponse à des opérations de police judiciaire qui se profilaient et puis apporter une réponse face à des phénomènes sécurité qu'on traite au quotidien dans le département qui sont ciblés et propre à l'Anjou, le tout avec force et discrétion pour frapper les esprits des adversaires et de rassurer la population", présente le colonel Landais, commandant de la compagnie de gendarmerie du Maine-et-Loire. Pour mener à bien cette opération, les différentes forces en présence ont identifié, cartographié leurs cibles. "On a saturé le terrain en sécurité routière, opération de délinquance et opération judiciaire", assure le préfet du Maine-et-Loire Philippe Chopin. 

 

Des moyens considérables

 

Durant les quatre jours, les forces de l'ordre, aidés par 14 motards de l'unité zonale CRS, un hélicoptère d'intervention et une douzaine d'équipes cynophiles ont égréné les routes angevines, notamment les axes venant de la région nantaise, l'A11 et le péage de Corzé. Au total, 4 107 véhicules ont été contrôlés, dont 5 012 personnes passées au fil, "si vous avez échappé à un contrôle routier cette semaine, c'est que vous avez eu de la chance. Même moi, je me suis fait contrôler", s'amuse le préfet. Huit aires d'accueil et campement ont reçu la visite des militaires. Les transports en commun, bus, gares et trains ont été passés au crible. 

Côté judiciaire, la gendarmerie et la police du Maine-et-Loire ont reçu le soutien de la CRS 82, mais aussi des unités d'élite comme le GIGN de Tours, les escadrons de gendarmerie mobile 11-1 de Versailles Satory et du 36-3 de Joué-lès-Tours pour mener à bien une intervention sur un dossier d'instruction à Angers et sur une enquête préliminaire à Saumur. 250 caves ont été vérifiées. "Ca a mobilisé 250 personnes par jour sur quatre jours. Au plus fort de l'action, ce mercredi, nous étions 346 militaires engagés", chiffre le colonel Chalmeau. "C'est une chose unique, je ne suis pas sûr qu'on arrivera à avoir autant de force sur le terrain", ajoute le préfet.

Enfin, ce vendredi, les personnels de l'Ursaff, l'Adev, l'Inspection du travail et des Finances publiques ont mené une opération inter-services. "Ils ont procédé à 25 verbalisations sur de l'antifraude", précise le procureur de la République. 

 

Que retenir de cette opération ?

 

"Sur l'ensemble des quatre jours, on enregistre plus de 300 infractions délictuelles et on a procédé à 7 interpellations", explique Eric Bouillard. Les contrôles routiers ont donné lieu à 212 infractions, dont 117 délits, principalement pour de la conduite sous stupéfiants et des défauts de permis. "On a retrouvé deux personnes inscrites au fichier des personnes recherchées sur Saumur et une personne à Angers qui a été directement écrouée, car elle avait 4 mois de prison à faire", ajoute le procureur de la république. Sur les 16 points de contrôles d'atteinte à l'environnement, 25 verbalisations ont été enregistrées. 

Sur la lutte contre la délinquance, deux points deals ont été démantelés, une caravane volée a été retrouvée, 260 kg de cuivre ont été saisis à Saumur et une contrebandier a été arrêté à Durtal avec 35 000 paquets de cigarettes. "Sur le plan judiciaire, on a déjà des résultats, on a un trafiquant de stupéfiants qu'on a délesté d'une centaine de grammes de cannabis et de 13 680 €. Il a été condamné à une peine de 3 ans d'emprisonnement, dont 2 ans avec sursis. Un cambrioleur russe a accepté une peine de 15 d'emprisonnement en comparution immédiate sur reconnaissance préalable de culpabilité. Son butin de 400 objets volés représentait plus de 15 000 € ", Eric Bouillard. 

"Les résultats sont à la hauteur et la population est très satisfaite", indique le colonel Landais. Désormais, les forces de l'ordre vont réaliser une cartographie de la délinquance en Maine-et-Loire. "Ça valide les analyses qu'on avait et le fait que la N249 et les axes pénétrants en provenance de l'agglomération nantaise sont très intéressants en terme de lutte contre la délinquance. Avis aux amateurs, dans les semaines qui viennent, vous allez nous retrouver sur ces axes. Mercredi soir, quand vous regardiez Waze, il y avait un mur bleu face au département 44, à tel point qu'un riverain nous a appelé, nous indiquant qu'un véhicule venait se fixer brutalement dans son village avec trois individus à bord, à 3 km de notre zone de contrôle. Les effectifs présents se sont précipités pour les contrôler et contrôle très intéressant, je n'en dirai pas plus", poursuit le commandant. 

Le dispositif s'inscrivait aussi dans le cadre de l'opération zéro délinquance pour préparer les Jeux olympiques. "C'est un exercice qui nous rassure sur la capacité opérationnelle de nos forces de sécurité. Tout est prêt, oui, mais ça ne va pas se préparer que sur des sites olympiques, c'est l'ensemble du territoire qui peut y gagner", rassure enfin Eric Bouillard.