Anjou Bleu : les violences intrafamiliales en forte hausse sur le territoire de la Compagnie de gendarmerie de Segré-en-Anjou Bleu

Actualités Maine et Loire 

Le bilan 2020 de la Compagnie de gendarmerie segréenne montre une baisse des atteintes aux biens mais un fort accroissement des atteintes à l'intégrité physique des personnes, en particulier au sein du foyer familial.

OXYGENE RADIO
Crédit: Nomad Soul 1 / Evento Elements

22 janvier 2021 à 15h52 - Modifié : 22 janvier 2021 à 16h23 par Coralie Juret

C'était une année 2020 singulière pour la gendarmerie. Les militaires de la Compagnie de Segré-en-Anjou Bleu ont eux aussi été confrontés à la crise sanitaire, qui s'est superposée à la gestion de la menace terroriste et à une forte augmentation des violences commises sur les plus fragiles. 

Si les atteintes aux biens ont reculé de près de 10% l'an dernier, les violences intrafamiliales ont bondi de près de 40% et représentent quasiment la moitié (47%) des atteintes volontaires à l'intégrité physique.

Capitaine Bruno Gauvillé, commandant de la Compagnie de gendarmerie de Segré-en-Anjou Bleu

Une augmentation des violences intrafamiliales plus majoritairement concentrée sur le territoire d'Anjou Bleu Communauté (autour de Segré, Candé, Pouancé). Les violences sur mineurs ont aussi bondi de 56% en 2020 et la Compagnie a recensé 1 tiers de violences sexuelles supplémentaires pour une centaine de faits au total.

L'an dernier, la Compagnie de gendarmerie de Segré-en-Anjou Bleu et ses enquêteurs ont résolu 82% des enquêtes et mis au jour deux réseaux de revente de drogue à Châtelais et Feneu. Ils n'ont pas eu à déplorer de décès sur la route : seulement 26 accidents en un an.

"Une minorité cherche la confrontation avec les forces de l'ordre"

Huit gendarmes blessés au cours d'interventions en 2020. Des chiffres qui interpellent la Compagnie de gendarmerie de Segré-en-Anjou Bleu à l'heure du bilan annuel. "Une minorité n'a plus peur de l'autorité et cherche la confrontation avec les forces de l'ordre", estime le Capitaine Bruno Gauvillé. Un constat général tristement illustré par le drame de Saint-Just dans le Puy de Dôme où 3 gendarmes de la Compagnie d'Ambert ont été "lâchement assassinés" par un mari violent.

Capitaine Bruno Gauvillé

Des gendarmes résilients qui ont continué à "répondre présent" et à rassurer les élus de 34 communes, depuis le début de la crise sanitaire. La Compagnie de gendarmerie de Segré-en-Anjou Bleu veut continuer à améliorer ce lien au contact des 92 600 administrés de son territoire.