CH Laval. Pas de prime covid renforcée pour le service pédiatrie

Actualités Mayenne 

La prime covid renforcée de 1 500 euros sera attribué à plusieurs services du Centre Hospitalier de Laval, mais pas le service pédiatrie qui touchera seulement 500 euros. Une injustice et un manque de reconnaissance d'après les agents et Force Ouvrière.

OXYGENE RADIO
Force Ouvrière réclame une prime renforcée de 1 500 euros pour tout le personnel
Crédit: Alexis Vellayoudom

10 juin 2020 à 5h45 - Modifié : 10 juin 2020 à 6h44 par Alexis Vellayoudom

"On n'existe pas", ce sont les mots de certains agents du service pédiatrie. Ils ont appris que leur service ne bénéficierait pas de la prime covid renforcée qui s'élève à 1 500 euros. Pourtant, les agents estiment "avoir pris des risques". Selon eux, ils ont accueilli des cas suspects et avérés âgés d'un mois et demi à 18 ans, "ça générait de la pression et du stress", lâche un des agents.

Pas de prime covid renforcée pour la pédiatrie

Les agents du service affirment que dès le 27 mars, ils ont réorganisé leur étage. Une aile dédiée au covid et une autre à la continuité des soins, le service pédiatrie du CH Laval étant le seul du département. "Dans les notes de service, il était bien noté "unité covid"", précise Maxime Lebigot, secrétaire adjoint de Force Ouvrière au Centre Hospitalier de Laval, mais selon FO, la direction considère que l'activité du service "était marginale". 

Alors forcément, quand ces agents voient que leur service ne figure pas dans la liste du personnel éligible à la prime de 1 500 euros, ils se sentent "oubliés". Les agents du service toucheront donc 500 euros, la prime minimale pour tout le personnel du CH Laval, au contraire des services de réanimation ou d'autres personnels et services en contact direct avec la maladie, et "répondant à des conditions que l'on ne connaît pas" ajoute Force Ouvrière. 

"Un manque de reconnaissance" 

Au-delà de la prime financière, c'est le manque de reconnaissance que pointent ces agents du service de pédiatrie. "C'est un manque de reconnaissance de notre travail, on n'a pas de soutien et on ne nous demande jamais si tout va bien !" clame l'un d'eux. Pour Maxime Lebigot, secrétaire adjoint de Force Ouvrière au CH Laval, "cette prime, c'est une injustice. On considère que tout le monde aurait dû avoir cette prime de 1 500 euros". 

Maxime Lebigot - Secrétaire Adjoint FO

Selon Force Ouvrière, la prime renforcée serait limitée à 40 % maximum des effectifs dans chacun des 79 établissements autorisés à majorer cette prime à 1 500 euros.