Mayenne

Château-Gontier. Soldes : des journées en dents de scie

19 février 2021 à 13h00 Par Alexis Vellayoudom
Marina Belhen, gérante de la boutique Just'yle Chic, a tenté de s'adapter au couvre-feu en ouvrant sa boutique le midi
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Les commerçants profitent de deux semaines de soldes supplémentaires après un début en dents de scie

On ne s’y retrouve plus avec les dates des soldes, mais si vous avez besoin de refaire votre garde-robe, il est encore temps. Elles sont prolongées jusqu’au 2 mars. Des soldes qui ont commencé plus tard que d’habitude en raison de la crise sanitaire. Une décision mal accueillie par plusieurs commerçants. À Château-Gontier, trois commerçantes reviennent sur ce qui devait être la fin des soldes avant qu'elles soient prolongées.

 

Reportage à Château-Gontier

 

Dans l'ensemble, ça passait plutôt bien nous ont confié les gérantes des boutiques, C Com LM, La Fée Fifi et Just Style Chic, même si d’une journée à l’autre, c’était en dents de scie.

Comme d’autres commerces du Pays de Château-Gontier, Christelle Travers de la boutique C Com LM a profité de l’opération commerciale Noël de Folie, mais elle sent que le contexte sanitaire pèse sur ses clientes, "je n'ai pas vu toutes mes clientes. Il y en a ça les freine les gestes barrières, d'avoir peur aussi de ce virus".

Sophie Gaschot La Fée Fifi_10 02 21_AVC.JPG (122 KB)Sophie Gaschot ressent les effets du couvre-feu ©Alexis Vellayoudom

S’ajoute à cela le couvre-feu et des lieux culturels encore fermés. Sophie Gaschot gère la boutique La Fée Fifi, "à partir de 16h30, on a plus personne. Ça se ressent beaucoup par rapport au centre-ville, le fait que le cinéma aussi soit fermé, ça n'amène pas de clientèle". 

Marina Belhen de Just'yle Chic a tenté de s’adapter, "ça fait énormément de mal, j'ai voulu rester ouverte entre midi et deux. Je l'ai fait deux semaines, mais ça n'a rien donné de plus". 

"Les gens achètent moins de vêtements"

 

La crise sanitaire a aussi changé les habitudes vestimentaires, "tout ce qui est robe, j'en ai moins vendu puisqu'il n'y a pas de sorties". Conséquence aussi sur l'achat, moins de vêtements vendus, "on a des clientes qui nous disent "moi, je ne m'habille plus", ajoute Sophie Gaschot.

Christelle Travers C Com LR_10 02 21_AVC.JPG (125 KB)Christelle Travers craint de ne pas pouvoir écouler ses stocks ©Alexis Vellayoudom

Certains commerçants font leur stock à l’avance et avec les confinements et les couvre-feu, ça devient difficile de les écouler, même en période de soldes. Christelle Travers n’a jamais eu autant de stock, "c'est l'inquiétude de finir l'hiver et de se dire, j'ai encore de la marchandise. Je suis en train de commander l'hiver prochain et j'ai divisé par deux mes commandes. C'est du stock qui dort". En quelques sortes de l'argent de perdu. Christelle s'arrange avec un site pour les revendre et récupérer un peu d'argent dessus. 

Christelle Travers a du mal à écouler ses stocks

Les soldes se terminent le 2 mars.