Covid-19 : tous les enfants à l’école dès lundi 22 juin

Actualités Maine et Loire 

Le président Emmanuel Macron a précisé que les élèves de primaire et collège reviendraient �Sselon les règles de présence normales⬝.

OXYGENE RADIO
Crédit: illustration Cocoparisienne / Pixabay

15 juin 2020 à 9h04 - Modifié : 15 juin 2020 à 9h07 par Coralie Juret

“La France va pouvoir tourner la page du premier acte” de la lutte contre le coronavirus. Le chef de l'Etat l'a annoncé hier soir, toute la France repasse en vert dès demain à l'exception de Mayotte et de la Guyane, et les Français pourront voyager partout en Europe. Il faudra attendre le 1e juillet hors du continent, et seulement dans les pays où l'épidémie est maîtrisée.


Les enfants vont aussi retrouver un rythme normal : “En hexagone comme en Outre-Mer, les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales”. 



Le deuxième tour des élections municipales le 28 juin



“Il faudra continuer d'éviter au maximum les rassemblements car nous savons qu'ils sont les principales occasions de propagation du virus, ils resteront donc très encadrés”, a repris Emmanuel Macron. “Le second tour des élections municipales pourra se dérouler dans les communes concernées le 28 juin. Enfin pour nos aînés en maison de retraite ou en établissement, les visites devront désormais être autorisées. Nous allons donc pouvoir retrouver le plaisir d'être ensemble, de reprendre pleinement le travail mais aussi de nous divertir, de nous cultiver. Nous allons retrouver pour partie notre art de vivre, notre goût de la liberté. En somme, nous allons retrouver pleinement la France”.



Distanciation physique toujours de mise



Des mesures "qui ne signifient pas que le virus ait totalement disparu et que nous pouvons baisser la garde" rappelle le Président de la République, il faudra continuer à respecter les distances physiques. Il s'exprimera en juillet sur sa nouvelle feuille de route, pour l'acte II d'un quinquennat qui doit impulser la “relance économique” et “sociale” du pays.



Écouter le podcast