Décès de Valéry Giscard d'Estaing : l'ancien président était venu en Mayenne en 2014

Actualités Maine et Loire 

L'ancien Président de la République est décédé des suites de la Covid-19. Des nombreux élus lui rendent hommage en Mayenne et en Anjou.

OXYGENE RADIO
Le député Yannick Favennec avait accueilli VGE à La Baroche Gondoin pour fêter les 40 ans de son éle
Crédit: Twitter Yannick Favennec

3 décembre 2020 à 10h39 - Modifié : 3 décembre 2020 à 12h54 par Coralie Juret et Marie Chevillard

Valéry Giscard d’Estaing est mort... L’ancien Président français de 1974 à 1981 a succombé aux suites d’une Covid-19 à l’âge de 94 ans hier, un record de longévité pour un ancien chef de l'Etat. Il avait changé le quotidien des Français pour l’accès au téléphone notamment, abaissé la majorité à 18 ans, c’est aussi sous sa présidence que l’avortement a été légalisé. C’était un bâtisseur européen avec Helmut Schmidt. Le président Emmanuel Macron lui rendra hommage ce soir à 20h.



Un anniversaire en Mayenne



« La société française lui doit beaucoup ». C’est par ces mots que le député mayennais Yannick Favennec a rendu hommage à VGE. Olivier Richefou, le président du Département de la Mayenne, se dit « profondément attristé par cette nouvelle ». Il se souvient de la visite de l'ancien Président en Mayenne le 7 septembre 2014, à la Baroche-Gondouin, village absorbé par Lassay-les-Châteaux. Le député Favennec recevait Giscard à l’occasion des 40 ans de son élection. Pour la députée mayennaise Géraldine Bannier, « Valéry Giscard d’Estaing n’aura eu de cesse de servir son pays et la culture… »


C'était « Un libéral assumé » pour le député Guillaume Garot, « européiste convaincu » selon le maire de Laval Florian Bercault. « L’Europe perd un grand réformateur », réagit l’eurodéputée Valérie Hayer. Ce sont « ses réformes sociétales » que retient aussi le maire de Mayenne Jean-Pierre Le Scornet. « Une présidence visionnaire, lucide et courageuse », conclut l’ancien ministre Jean Arthuis.










Le député angevin Matthieu Orphelin lui, veut « se souvenir des belles choses : l'abaissement du droit de vote à 18 ans, la dépénalisation de l'avortement et l’instauration du divorce par consentement mutuel ». Quant au sénateur du Maine-et-Loire Stéphane Piednoir, il regrette le départ d’un homme qui « aura marqué son engagement politique ». Un « président visionnaire » pour Christian Gillet au Département de Maine-et-Loire.