Décision repoussée de Laval Agglo sur le déménagement de l'UCO, un choix que regrette Olivier Richefou

Actualités Mayenne 

Lors de son dernier Conseil communautaire, la majorité de Laval Agglo a décidé de repousser sa décision d'aide au financement du déménagement de l'Université Catholique de l'Ouest. Un très mauvais message aux écoles selon le président du Conseil départemental, Olivier Richefou

OXYGENE RADIO
Image d'illustration
Crédit: Stokkete

24 février 2021 à 7h10 - Modifié : 24 février 2021 à 7h24 par Alexis Vellayoudom

Une attente qui risque d’avoir de lourdes conséquences, c’est ce qu’explique le président du Conseil départemental de la Mayenne, Olivier Richefou, après la décision de Laval Agglo de prendre le temps de la réflexion sur le développement de l’Université Catholique de l’Ouest.


Pour rappel, l’Université privée prévoit de déménager et de s’agrandir pour passer de 400 étudiants accueillis à 700 en 2028, mais son financement par de l’argent public, 25 % par le Département et 20 % par la Région, pose question chez plusieurs syndicats. Des controverses qui ont amené le Conseil communautaire de Laval Agglo a repoussé leur décision de financement, prévu à hauteur de 2,5 millions d'euros, au début de l'été pour réaliser en amont "un plan enseignement supérieur" et faire un bilan de l'offre déjà existante. 


Pour Olivier Richefou, l'UCO, "souhaitait simplement grandir pour répondre à des besoins de locaux et offrir des formations nécessaires à l’économie mayennaise". Le président du Conseil départemental craint de voir l'UCO rapatrier ses étudiants, "dont de nombreux Mayennais", sur le futur campus du Mans ou d'en voir partir vers Angers. 


"Cette décision envoie un très mauvais message aux écoles à l’extérieur du département", poursuit Olivier Richefou. Il espère que les élus communautaires reviendront sur leur décision au prochain Conseil le 12 avril