Mayenne

« Développer de nouvelles activités sur le territoire »

20 janvier 2019 à 17h30 Par Alexis Vellayoudom
Développement économique, aménagement de l'Espace Saint-Fiacre et démarche environnementale. Les thèmes abordés lors des voeux 2019 de Philippe Henry, maire de Château-Gontier sur Mayenne

En 2019, les habitants ont découvert leur nouvelle commune, Château-Gontier sur Mayenne. Elle regroupe désormais Château-Gontier - Bazouges, Azé et Saint-Fort. Le maire de la nouvelle commune, Philippe Henry, s'est adressé aux habitants.

Parmi les annonces, l'aménagement de l'Espace Saint-Fiacre qui livrera en février-mars prochain, une salle de 900 places et des halles de 3600m². Un projet important pour le développement de nouvelles activités sur le territoire, "l'accueil d'évènements sportifs, sociaux, associatifs, de foires-expositions". Les deux structures pourront également accueillir des évènements en commun. 

Le maire espère aussi le transfert de compétence de la route nationale 162, de l'état vers le département. Un changement qui permettrait d'aménager l'axe Laval/Angers, et ainsi favoriser l'essor économique et la mobilité "par exemple des jeunes médecins, on a tout intérêt aujourd'hui de réduire la distance entre Angers et Château-Gontier, je pense que ça serait un véritable atout d'être dans la première couronne d'Angers sur ces questions là". 

« La réalité, c’est que le réchauffement climatique est là »

Autre point important aborder par Philippe Henry, la question du réchauffement climatique. Selon le maire, des projets ont été mis en place pour répondre au défi environnemental. Notamment, la station de GNV à disposition des services de la collectivité, la communauté de communes du Pays de Château-Gontier a également pris la décision d'acheter deux camions au GNV "pour la collecte des ordures ménagères".

Enfin, en 2019, les habitants de la communauté de communes devraient voir la préparation des sols pour les deux parcs éoliens. Onze éoliennes répartis entre Azé/Gennes sur Glaize et Bouère/Saint-Denis d’Anjou. Elles produiront de l’électricité pour 22 000 foyers, hors chauffage.