Maine et Loire

EHPAD : une si longue attente

29 juin 2020 à 15h00 Par Coralie Juret
Crédit photo : Illustration - Sabine Van Erp / Pixabay

Alors que le Président de la République a annoncé la réouverture des EHPAD au public dimanche 14 juin, les résidents et leurs proches doivent encore se soumettre à des conditions strictes et parfois restrictives. Une attente interminable pour se retrouver pleinement.

Le confinement a assez duré : des proches de résidents d'EHPAD appellent à rouvrir normalement les structures comme l'avait annoncé le Président Macron il y 15 jours, dans le respect des mesures barrières. Le temps qui passe est perdu pour eux et leurs proches souvent très âgés.

Écouter le reportage

30 minutes sur rendez-vous, pas plus de deux visiteurs

À Saint-Martin-du-Bois près de Segré, Julienne et Augustine, 95 et 89 ans ont été coupées de leurs familles pendant trois mois. Leur neveu mayennais Didier Daburon ne comprend pas que les visites soient toujours courtes et sur rendez-vous.

“Ça prend trop de temps”, s’agace cet habitant de Meslay-du-Maine, “aujourd'hui on nous promet qu'après la déclaration du président de la République, ça va venir. Aujourd'hui on nous dit que ça va se réunir, que le 29 de ce mois pour une déclaration qui a eu lieu le 14 ! Vous imaginez bien que l'attente était tellement énorme... parce que je ne parle pas que pour mes familles, nous avons d'autres familles qui sont en contact avec nous et qui sont dans la même demande et dans la même démarche. C'est quelque chose d'urgent, et de vital”.

Écouter le podcast

Pas d’appareillage pendant le confinement

Une solitude d'autant plus grande, malgré tout le soin apporté par les équipes, que certaines pathologies de ces résidents compliquent la communication avec les proches. 

Julienne, 95 ans, n’a pas été autorisée à sortir le 16 mars pour son appareillage auditif. Difficile dès lors pour elle de comprendre ses proches au téléphone, en vidéo, ou derrière un plexiglas. Elle n’a pas pu non plus pu lire sur les lèvres de ses proches, masqués. 

Augustine 89 ans, souffre elle de la maladie d'Alzheimer. Chaque jour qui passe emmène une partie de sa mémoire. 

La direction de l'EHPAD les Charmes et celle des Résidences du Val d'Oudon (RVO) n'ont pour l’heure pas apporté de réponse sur le calendrier du déconfinement à Didier Daburon. Sollicitée vendredi, la directrice des RVO ne nous a pas recontactés.